Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Saint-Quentin-Fallavier : avec la vidéosurveillance sur la voie publique, baisse des vols dans la zone logistique

mardi 27 novembre 2018 à 18:10 Par Céline Loizeau, France Bleu Isère

La zone logistique de Chesnes (Isère) est la plus importante de France. Elle compte près de 300 entreprises pour 10.000 emplois. Depuis un an, les rues qui mènent aux entrepôts, les carrefours stratégiques sont placés sous vidéosurveillance. Un premier bilan vient d'être fait.

48 caméras ont été installées au niveau des certaines rues, certains carrefours. Un maillage avec pour conséquence de faire fuir pas mal de malfaiteurs. (photo d'illustration)
48 caméras ont été installées au niveau des certaines rues, certains carrefours. Un maillage avec pour conséquence de faire fuir pas mal de malfaiteurs. (photo d'illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Saint-Quentin-Fallavier, France

Avec les commandes de Noël, on est dans un moment de forte activité pour les entrepôts de la zone logistique de Chesnes (Isère). Ce parc, installé sur les communes de Saint-Quentin-Fallavier et de Satolas-et-Bonce, est donc sous haute surveillance. Mais la sécurité, c'est tout au long de l'année. 

Depuis un an, en plus des caméras dont ils peuvent équiper leurs entrepôts, les chefs d'entreprises peuvent  compter sur 48 caméras, installées sur la voirie publique, dont la Communauté d'agglomération Porte de l'Isère (Capi) a la charge. 

Des caméras sont positionnées au niveau de certaines rues qui mènent à ces véritables cavernes d'Ali Baba, à des carrefours stratégiques, etc. Un investissement de près d'un million d'euros, supporté essentiellement par la Capi. L'État a participé à hauteur de 150.000 euros.

Une forte baisse des vols

Un premier bilan de cet équipement a été fait ce mardi 27 novembre avec le constat d'un vrai effet dissuasif qui a conduit les malfaiteurs à délaisser les lieux pour sévir ailleurs. 

D'après le sous-préfet Thomas Michaud, il y a "un effondrement de la délinquance". Ainsi, les atteintes aux biens ont diminué de 17%, les vols avec violences de 66% quand on enregistre une diminution de 56% des cambriolages au sein des sociétés et de 85% de ceux des semi-remorques. Un parking sécurisé pour les poids-lourds a par ailleurs vu le jour en début d'année. Avant, les routiers stationnaient sur les trottoirs.

Positif pour l'image du parc qui est amené à se développer

Thomas Daudré-Vignier, qui préside l'association Pil'es, asso des entreprises de la logistique, souligne que "les faits divers sont moins nombreux, les vols violents ont vraiment baissé". Les entreprises et leurs salariés gagnent en sérénité sur ce point-là. Et cela est positif pour l'image du parc de Chesnes. 

Pour Raymond Feyssaguet, vice-président de la Capi délégué au développement économique, "ce n'est qu'un outil, mais un outil performant et adapté (...) Il y avait urgence à le faire car certaines entreprises étaient tentées de s'en aller ailleurs." Sur le parc de Chesnes, il reste encore 200 hectares à urbaniser.

Côté gendarmerie, on se félicite aussi de ces résultats. Le Lieutenant Thomas Herviou explique, pour sa part, que la vidéosurveillance est "fondamentale dans l'administration de la preuve pénale (...) Cela a changé notre quotidien."  Le taux d'élucidation des affaires s'est amélioré de 30% en un an. Les images "tombent" au sein du local de la police municipale de Saint-Quentin-Fallavier, qui travaille avec les services de gendarmerie.

Des points restent encore à être améliorés

Bertrand Forest de l'association Pil'es Secure, qui regroupe des entreprises de la logistique autour de cette question de la sécurité, aimerait la création d'un centre de surveillance urbain "avec des images visionnées 24 heures sur 24 (...) comme on peut le voir sur des grosses agglomérations." 

Mais comme la vidéosurveillance ne résout pas tout, d'autres axes de travail pour renforcer la sécurité sont évoqués. C'est le cas des rondes mutualisées. L'association Pil'es propose aux entrepôts depuis plusieurs années de s'unir pour s'offrir les services de sociétés de gardiennage avec des passages réguliers. Mais encore trop peu le font à ses yeux.