Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Avenir de Sandvik à Chârost : le ministère de l'Économie attentif au dossier

-
Par , France Bleu Berry
Charost

Une nouvelle réunion s'est tenue, ce vendredi, pour évoquer l'avenir de l'usine Sandvik. 51 emplois sont menacés par la fermeture de l'entreprise. Mais des candidats à la reprise se sont signalés et devraient en dire plus sur leurs intentions la semaine prochaine.

L'usine Sandvik de Chârost est menacée de fermeture
L'usine Sandvik de Chârost est menacée de fermeture - Capture d'écran - Google Street View

Les vacances de Noël risquent de ne pas être de tout repos pour les salariés de Sandvik, à Chârost. 51 personnes travaillent chez ce fabricant de tuyaux en acier pour les secteurs de l'aéronautique et du nucléaire. La direction a annoncé la fermeture de l'entreprise en octobre dernier. Mais depuis, six candidats à la reprise auraient manifesté leur intérêt selon les informations de France Bleu Berry. Une réunion a fait le point sur ce dossier, ce vendredi 18 décembre.

Les lettres d'intention de certains candidats à la reprise sont attendues la semaine prochaine. La direction de Sandvik a confirmé cette information ce matin. On devrait donc en savoir plus sur les garanties pour l'emploi. Car si reprise du site il y a, on ne sait pas du tout encore quel sera l'avenir des 51 salariés. Depuis cette semaine, le dossier est suivi de près par le cabinet du ministère de l'Economie, après une prise de contact cette semaine de plusieurs parlementaires.

"Au moment où le gouvernement parle de relocaliser les industries stratégiques en France, j'ai tendance à y croire", souligne Ludo Coste, maire de Chârost. "C'est très difficile d'avoir des informations. On nous fait comprendre que ça peut capoter à tout moment. Donc on maintient une sorte de pression pour montrer que nous sommes mobilisés", ajoute-t-il. 

Les 51 salariés de Sandvik n'ont pas repris les débrayages quotidiens devant les locaux de l'usine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess