Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : L'usine Fenwal à la Châtre licencie 242 personnes

Azur-Med confirme son projet d'installation à la Châtre

mercredi 4 octobre 2017 à 18:15 Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry et France Bleu Creuse

Pratiquement trois ans après l'annonce du plan social affectant l'usine Fenwal, élus et industriels ont voulu rassurer quant à l'avenir du site de la Châtre. Si l'arrivée d'Azur-Med a pris du retard, elle ne saurait tarder promet le député Nicolas Forissier.

Azur-Med devrait embaucher une cinquantaine de personnes d'ici fin 2018
Azur-Med devrait embaucher une cinquantaine de personnes d'ici fin 2018 © Radio France - Gaëlle Fontenit

La Châtre, France

Les engins de chantier n'ont pas fini d'arpenter le terrain et les voies d'accès ne sont pas encore bitumées mais les travaux au sein même du bâtiment sont quasi terminés. "Le Bâtiment 2 accueillait les activités de Fenwal jusqu'au plan social (NDLR : le plan social, annoncé en octobre 2014, a abouti au licenciement de 242 personnes). Mais depuis le PSE, il était pratiquement vide. Nous engageons 500.000 euros de travaux dans le cadre du plan de revitalisation pour transformer ces bâtiments" explique le nouveau directeur de Fenwal, Olivier Simoneaux.

En effet, c'était l'un des engagements de Fenwal après la validation du plan social : investir sur le site pour permettre l'installation de nouvelles activités économiques. Parmi ces activités, celle d'Azur-Med. Le groupe, fondé par les entreprises DPI et Escoffier, a fait connaitre son intention de s'installer à la Châtre. A la clé, 153 emplois promis.

DPI en difficulté

C'est donc pour accueillir Azur-Med que Fenwal a entrepris de réhabiliter le Bâtiment 2 et de repenser son entreprise pour différencier les voies d'accès ou les quais de chargement par exemple. Mais le dossier a pris du retard. Le groupe DPI a connu d'importantes difficultés financières. Jean-Louis Escoffier, patron de la Société Escoffier Frères s'explique : "_Je connaissais les ennuis de mon confrère. J'étais un peu au courant mais pas à ce niveau-là. Ça a changé un peu la donne, la répartition n'est plus la même. Il a fallu revoir les règles du jeu avec Initiative Indre pour qu'on puisse continuer. _"

Depuis, Azur-Med a reçu la Prime d'Aménagement du Territoire : une promesse de 900.000 euros de fonds publics débloqués au fur et à mesure de l'avancée du projet.

Olivier Simoneaux (à droite) fait visiter le chantier Azur-Med aux élus - Radio France
Olivier Simoneaux (à droite) fait visiter le chantier Azur-Med aux élus © Radio France - Gaëlle Fontenit

"Tous les voyants sont au vert, assure confiant Nicolas Forissier, le député Les Républicains de l'Indre et ancien maire de la Châtre. Mais entre l'annonce et l'arrivée des gens sur le site, il faut du temps. Les travaux sont quasiment terminés."

Une cinquantaine d'emploi en 2018

Jean-Louis Escoffier confirme : "Le premier automate d'assemblage va arriver au plus tard début novembre. On va installer deux presses à injecter pour fabriquer les bouchons de canette refermables. Les produits médicaux viendront après, on n'a pas le nombre de gens nécessaires pour l'instant. On pense embaucher une cinquantaine de personnes d'ici la fin de l'année 2018." L'entreprise promet 153 emplois sur 3 ans.

Dans un deuxième temps, il est prévu que la communauté de communes fasse construire une nouvelle usine pour Azur-Med, qui l'occupera sous forme de location ou pourra s'en porter acquéreur.

Parallèlement, la communauté de communes a acquis 10 hectares sur le site pour la construction du futur bâtiment qui accueillera définitivement Azur-Med sous forme de location ou d'accession à la propriété.

Le bâtiment accueillera bientôt les presses d'Azur-Med - Radio France
Le bâtiment accueillera bientôt les presses d'Azur-Med © Radio France - Gaëlle Fontenit

Le projet global coût 11 millions et demi d'euros. Les pouvoirs publics en assumeront au plus 20 %.