Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Bagnolet, les tours de la discorde

-
Par , France Bleu Paris
Bagnolet, France

Depuis des mois, le maire PS de Bagnolet s'oppose à un projet immobilier acté lors de la précédente mandature communiste : trois immeubles de 9 à 16 étages "dans un quartier déjà très dense" selon l'élu. Il multiplie les arrêtés pour freiner le chantier. Les travaux sont à l'arrêt.

L'entrée du chantier rue Robespierre à Bagnolet
L'entrée du chantier rue Robespierre à Bagnolet © Radio France - Rémi Brancato

Pour le moment devant l'entrée du chantier au 80 rue Robespierre à Bagnolet (Seine-Saint-Denis) une grille barre la route. Les travaux sont suspendus. "C'est un projet immobilier que je n'aurai pas validé si j'avais été en responsabilité en janvier 2014" explique Tony Di Martino, le maire socialiste de Bagnolet depuis deux ans. Ce projet prévoit la construction de trois immeubles comprenant 372 logements, en partie réservés aux étudiants et à l'habitat social, de 9, 12 et 16 étages. Un projet qui verrait le jour à proximité d'une école et d'une résidence municipale pour personnes agées, "dans un quartier déjà très dense" selon l'élu. "Cela va nous cacher le soleil" s'inquiètent d'ailleurs Bernadette et Suzanne, qui habitent dans la résidence.

Tony Di Martino se dit déterminé à s'opposer au projet

Le maire s'inquiète aussi des risques pour les enfants de l'établissement scolaire, dans la mesure où la tour la plus haute se trouvera à proximité de la cour d'école. "Une tour au dessus d'une cour d'école, cela veut dire mettre des filets au dessus de la cour et cela me parait hallucinant" dit-il. Tony Di Martino assure avoir demandé depuis un an au promoteur immobilier Novaxia de revoir son programme à la baisse, avec des tours moins hautes. Mais le maire n'a aucun moyen juridique de revoir le projet qui a été entériné par son prédécesseur et pour lequel plus aucun recours n'est désormais possible.

Un chantier à l'arrêt

Après le début du chantier en décembre 2015, Tony Di Martino a donc pris un arrêté, en février, pour restreindre la circulation de certains camions dans la rue Robespierre. Mais cet arrêté a été suspendu, vendredi 8 avril par le tribunal administratif de Montreuil, car jugé "disproportionné". Le maire promet de prendre "d'autres arrêtés" pour empêcher la reprise du chantier.

De son côté, le promoteur, Novaxia, joue l'apaisement. "Nous préférons stopper momentanément les travaux car le but n'est pas d'avancer en force, il faut que nous puissions discuter avant de reprendre le chantier" explique Xavier Sterlin l'architecte du projet. Aucun camion ni aucune grue à l'horizon pour le moment et Novaxia promet d'ailleurs d'organiser une réunion publique avec les habitants le 26 mai prochain et souhaite avant tout pouvoir rencontrer le maire de Bagnolet qui, de son côté se dit ouvert à la discussion.

Le projet de tours crée la discorde à Bagnolet. Reportage Rémi Brancato

Choix de la station

À venir dansDanssecondess