Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Baigneux-les-Juifs : la boucherie du village rouvre ses portes

-
Par , France Bleu Bourgogne

Après plusieurs mois de fermeture, la boucherie de Baigneux-les-Juifs en Côte-d'Or a rouvert ses portes ce mardi 18 août 2020. Deux frères, l'un boucher, l'autre traiteur, se sont associés pour faire revivre cette affaire. Ils sont persuadés que ce commerce peut "tenir".

Stéphane et Thierry Reiter, les deux nouveaux patrons de la boucherie de Baigneux-les-Juifs, qu'ils viennent de "ressusciter"
Stéphane et Thierry Reiter, les deux nouveaux patrons de la boucherie de Baigneux-les-Juifs, qu'ils viennent de "ressusciter" © Radio France - Thomas Nougaillon

Un nouveau commerce à Baigneux-les-Juifs. C'est une boucherie qui a ouvert ses portes ce mardi. A l'origine de cette aventure qui débute, deux jeunes frères Thierry et Stéphane Reiter. Ils sont originaires deRecey-sur-Ource et reprennent la boucherie de ce village de 270 habitants. Thierry possède un BEP de traiteur obtenu au Lycée Le Castel à Dijon, Stéphane fait ses armes depuis plus de dix ans dans diverses boucheries du département à Châtillon-sur-Seine, à Dijon, il a également travaillé en intérim et dans la grande distribution.

Saucisses, volailles, viande pour barbecue, agneau, boeuf de Charolles, veau du Jura la gamme des viandes proposées est large
Saucisses, volailles, viande pour barbecue, agneau, boeuf de Charolles, veau du Jura la gamme des viandes proposées est large © Radio France - Thomas Nougaillon

Un couple de bouchers "historique" 

Cette boucherie de Baigneux, avant de devenir la leur, avait été reprise une première fois en 2017 après le départ en retraite du couple de boucher "historique" du village Pierre et Cathy Challand. Mais l'établissement avait de nouveau fermé ses portes en septembre 2019. Alors ce type de commerce est-il toujours rentable ? Peut-il tenir ? 

Un pari un peu fou

Pour le savoir nous sommes allés à la rencontre de Thierry, le traiteur, et de Stéphane, le boucher. Si à première vue le pari peut sembler un peu fou, Stéphane y croit dur comme fer. "Je ne sais pas si c'est un pari un peu fou. Mais il faut se lancer. On a 27 et 30 ans et on n'a pas grand chose à perdre !" 

Pas peur de faire des heures 

Pour les deux professionnels, cette boucherie qui a existé pendant des décennies est viable. Et ils n'ont pas peur de faire des heures comme l'explique Thierry. "Si on a de la volonté et plein d'envie ça peut marcher. Et puis on a été habitué à faire beaucoup d'heures. Je me suis déjà vu en train de faire 60 à 70 heures par semaine. On a l'habitude, on est rodés comme on dit !" sourit le jeune traiteur.

Stéphane travaille depuis plus de 11 ans, il a été employé chez des bouchers à Dijon, Châtillon-sur-Seine, il a même fait de l'intérim dans des grandes surfaces
Stéphane travaille depuis plus de 11 ans, il a été employé chez des bouchers à Dijon, Châtillon-sur-Seine, il a même fait de l'intérim dans des grandes surfaces © Radio France - Thomas Nougaillon

Une quinzaine de clients pour la première matinée

Comme cette dame qui vient faire ses provisions de viande, une quinzaine de clients ont poussé la porte de cette boucherie pour sa première matinée. Baigneux-les-Juifs, ex chef-lieu de canton possède toujours un vrai dynamisme économique avec une supérette, un coiffeur, un médecin ou encore une agence postale communale. Didier Robin, le nouveau maire est satisfait de la renaissance de la boucherie du village. 

Comme cette dame, une quinzaine de clients sont venus pour tester les produits durant cette première matinée
Comme cette dame, une quinzaine de clients sont venus pour tester les produits durant cette première matinée © Radio France - Thomas Nougaillon

"C'est hyper important quand un service revient" explique le maire de Baigneux, Didier Robin

"Si la qualité est là ils nous reverront", un client

"Pour un maire ou un habitant d'une petite commune comme Baigneux c'est hyper important quand un service revient" dit-il car cela fait des kilomètres en moins à parcourir pour s'approvisionner. Mais le maire prévient : "ils sont obligés de bien travailler parce que ici, s'ils perdent un client, ils en perdront dix." A l'image de Charlotte et Cyril, les habitants du coin, peut-être échaudés par ces longs mois d'attente, sont très exigeants. "Je reviendrai si je vois que ce qu'ils vendent, comme le jambon par exemple, est maison. Si je me rends compte que ce n'est pas maison, je ne reviendrai pas !" explique la dame. "C'est pour cela qu'on vient dès l'ouverture, c'est pour voir la qualité. Pour le moment ça à l'air d'être au rendez-vous. Si la qualité est là ils nous reverront" conclu Cyril.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Si la qualité est là ils nous reverront" dit un client à notre reporter

18 000 bouchers en France

Selon la Confédération Française de la Boucherie, la France, comptait près de 18 000 artisans bouchers-charcutiers en 2017. Mais la population des bouchers vieillit, près d’un tiers des boucheries vont devoir trouver un nouveau patron d’ici 10 ans, soit environ 6300 commerces.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess