Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Baisse de l'impôt sur le revenu : 15 millions de foyers concernés dès le premier janvier

-
Par , France Bleu

Jeudi soir, Emmanuel Macron a annoncé une baisse de 5 milliards d'euros de l'impôt sur le revenu pour les classes moyennes. Cette réduction concernera 15 millions de Français et sera applicable dès le premier janvier, affirment les ministres de l'Économie et des Comptes publics.

L'impôt sur le revenu serait baissé de 10% pour les foyers concernés.
L'impôt sur le revenu serait baissé de 10% pour les foyers concernés. © Maxppp - Jean-François FREY

Après les annonces, la mise en oeuvre des mesures concrètes. Le ministère de l'Économie a commencé à détailler la manière dont sera appliquée la baisse de l'impôt sur le revenu, annoncée jeudi soir par Emmanuel Macron. Près de 15 millions de foyers fiscaux pourraient être concernés à partir du 1er janvier par cette mesure. 

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, proposera dès lundi au Premier ministre, Edouard Philippe, une série de mesures pour mettre en oeuvre cette baisse de cinq milliards d'euros de l'impôt sur le revenu. "Ma proposition sera qu'environ 15 millions de foyers fiscaux français puissent être touchés, concernés, par cette baisse d'impôt", a expliqué le ministre sur LCI, évoquant plusieurs pistes.

"Adoucir l'entrée dans l'impôt sur le revenu" 

Le gouvernement veut cibler les deux premières tranches de l'impôt sur le revenu. Bruno Le Maire souhaite "adoucir l'entrée dans l'impôt sur le revenu" qu'il juge actuellement "trop brutale" et "dissuasive", notamment pour les personnes qui reprennent un travail. Lors d'un séminaire prévu lundi avec le Premier ministre, il proposera aussi que la réduction d'impôt se concentre "essentiellement" sur la première tranche, "celle à 14% de l'impôt sur le revenu". Et que "tous ceux qui appartiennent à la deuxième tranche, celle qui est à 30%, puissent également être concernés", a-t-il ajouté.
Cinq tranches progressives existent actuellement pour l'impôt sur le revenu, dont s'acquittent 16,8 millions de foyers fiscaux, sur un total de 38,3 millions: 0%, 14%, 30%, 41% et 45%, pour les revenus supérieurs à 153.783 euros.

Une baisse d'impôts d'environ 10%

La baisse de l'impôt entrera en vigueur en janvier 2020, a précisé ce vendredi le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin sur RTL, évoquant une réduction d'environ "10%" pour les contribuables concernés. "Il appartiendra au Parlement de fixer le montant à partir duquel on fera cette baisse d'impôt", a-t-il souligné, tout en assurant que cette baisse d'impôt serait concentrée sur les "classes moyennes".

"Chaque euro de baisse d'impôt sur le revenu doit être financé par un euro de baisse de la dépense publique"

Malgré cette baisse des recettes fiscales, Bruno Le Maire a assuré que le gouvernement ne laisserait "filer" ni le déficit public ni la dette. "Sur la dépense publique, nous ne lâcherons rien", a-t-il affirmé. "Le président de la République s'est fixé un principe dont je me porte le garant : chaque euro de baisse d'impôt sur le revenu doit être financé par un euro de baisse de la dépense publique", a-t-il ajouté.

Quelles économies envisagées ? 

Le ministre n'a toutefois pas donné de précisions sur les économies envisagées, notamment sur les organismes qualifiés jeudi soir "d'inutiles" par Emmanuel Macron, qui avait appelé à les réduire "massivement". "Je ne vais pas commencer à donner des exemples ici ou là parce que cela va inquiéter beaucoup de monde", a reconnu le ministre, précisant toutefois qu'il regarderait avec son collègue Gérald Darmanin, d'ici à la présentation du budget à l'automne, "ce qui est utile et ce qui ne l'est pas".

Quelles niches fiscales vouées à disparaître ? 

Même position sur la suppressions de niches fiscales pour les entreprises : "Je recevrai dès la semaine prochaine les représentants des organisations patronales, le Medef, la CPME, les artisans, les professions indépendantes", a-t-il annoncé. "Nous allons faire un travail très précis pour regarder ce qui répond à l'intérêt général et ce qui en revanche mériterait d'être réduit", a-t-il dit. "On ne touchera pas" aux niches fiscales dont bénéficient les ménages, a rappelé Emmanuel Macron jeudi soir.