Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Baisse des cours du pétrole : les pétroliers restent au mouillage ou font demi-tour en mer

mardi 29 décembre 2015 à 16:02 Par Mikaël Roparz, France Bleu

Près de 100 millions de barils de pétrole se trouvent actuellement dans les cuves des navires en pleine mer. Les pétroliers préfèrent rester au mouillage au large et ne pas livrer leur cargaison. Ils attendent que les prix remontent.

Des pétroliers au mouillage
Des pétroliers au mouillage © Maxppp

Depuis plusieurs semaines on ne compte plus le nombre de pétroliers qui font demi-tour alors qu'ils arrivent à destination et d'autres qui restent en mer plusieurs jours faute de pouvoir décharger leur cargaison. Plus de 100 millions de barils de pétrole brut et de combustibles lourds sont détenus à bord des navires en mer depuis plusieurs semaines. Au moins 250.000 tonnes de pétrole sont actuellement stockés en mer au large de l'Europe et de la Méditerranée.

Il suffit de naviguer sur le site Marine Traffic pour se rendre compte du phénomène. Avant noël, une cinquantaine de pétroliers, ayant une capacité de stockage de 30 millions de barils, sont restés plusieurs jours au mouillage au large du Texas. Des pétroliers ont fait des ronds dans l'eau ou ont carrément fait demi-tour dans le golfe du Mexique. Sur l'illustration ci-dessous, l'Atlantic Titan, un pétrolier de Hong-Kong a fait des ronds dans l'eau plusieurs jours au large de Miami en Floride.

L'Atlantic Titan a fait des ronds dans l'eau plusieurs jours au large de Miami - Aucun(e)
L'Atlantic Titan a fait des ronds dans l'eau plusieurs jours au large de Miami - capture d'écran Marine Traffic

Les producteurs attendent que les prix remontent

Les cours du gasoil européens et les marges de raffinage se sont effondrés depuis plusieurs semaines pour atteindre leur niveau le plus bas en six ans. Dans le même temps le marché a été inondé par les importations provenant des grandes raffineries des États-Unis, de la Russie, de l'Asie et du Moyen-Orient. A cela s'ajoutent les températures très douces en Europe et en Amérique du Nord. Elles ont limité la demande.

Le but pour les pétroliers, c'est "de garder les tankers sur l'eau aussi longtemps que possible" pour trouver un marché plus fort.

Mais ces navires immobilisés coûtent chers aux armateurs et affréteurs. Cela peut monter jusqu'à 60.000 dollars par jour de mer.

Les prix du pétrole ont continué à reculer lundi. Les cours du brut restent sous la pression d'une offre surabondante (et avec la perspective du grand retour de l'Iran sur le marché) et d'une demande mondiale qui reste terne.