Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : la Compagnie des Alpes pleinement impactée dans son chiffre d'affaires et ses investissements

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Isère

La Compagnie des Alpes, qui gère notamment 11 domaines skiables et plusieurs parcs d'attractions, vient de dévoiler son bilan du premier semestre de la saison 2019-2020. Le confinement, dû au coronavirus, a d'ores et déjà un lourd impact sur le chiffre d'affaires et les investissements du groupe.

Station des Ménuires.
Station des Ménuires. © Radio France - Xavier Grumeau

C'était attendu, c'est désormais confirmé, la pandémie de coronavirus impacte véritablement la Compagnie des Alpes. Pour rappel, l'entreprise gère onze domaines skiables en pays de Savoie et en Isère (La Plagne, Les Arcs, Peisey-Vallandry, Tignes, Val d'Isère, Méribel, Les Menuires, Serre-Chevalier, Flaine, Les 2 Alpes et  Morillon/Samoëns/Sixt-Fer-à-Cheval) mais aussi des parcs d'attractions comme Astérix, Walibi ou encore le Futuroscope. A cause de la pandémie de coronavirus, elle a dû fermer depuis plus d'un mois l’ensemble de ses domaines skiables ainsi que ses parcs de loisirs. Des fermetures qui "ont pesé sensiblement sur l’activité du deuxième trimestre 2019/2020, clos le 31 mars dernier" selon un communiqué de l'entreprise, qui vient de dévoiler ses chiffres. 

Un chiffre d'affaires en baisse

Le chiffre d'affaires du groupe, sur la période du 1er octobre 2019 au 31 mars 2020 a ainsi baissé de 5,6% (et même de 6,2% sans tenir compte des nouvelles acquisitions) par rapport au premier semestre de l’année dernière. En ce qui concerne les domaines skiables, malgré "un début de saison dynamique, notamment pendant la seconde semaine des vacances de Noël ", le chiffre d'affaires sur le premier semestre de cette saison est en baisse de 9% par rapport à l'an dernier et même de près de 12,1% si on se focalise sur le deuxième trimestre, soit près de 40 millions d'euros. Sur la saison totale, le groupe anticipe "un chiffre d’affaires des Domaines skiables en baisse d’environ 20% cette année par rapport à l’exercice précédent, soit une baisse de l’ordre de 85 à 90 millions d'euros."

Le chiffre d'affaires des parcs de loisirs est par contre en hausse de 7,2%, sans tenir compte des nouvelles acquisitions, alors qu'il affichait mi-mars une progression de 12,1%. 

30 millions d'investissement en moins

Le chiffre d'affaires étant impacté, les investissements le seront aussi. La Compagnie des Alpes annonce "abaisser d’environ 30 millions d'euros son enveloppe d’investissements pour l’exercice 2019/2020. Il est par ailleurs d’ores et déjà prévu que le groupe cherchera également à réduire ses dépenses d’investissements lors du prochain exercice 2020/2021, notamment pour ce qui concerne les parcs de loisirs."

Des pertes "compensées à un peu plus de 40%"

Pour amortir les pertes, le groupe, qui compte près de 5 000 salariés à temps plein dont près de 60% sont des saisonniers, a mis en chômage partielle 90% de son personnel. "Les effectifs ont été ajustés de manière à pouvoir assurer l’entretien, la maintenance et la sécurité des sites. Les embauches pour la période estivale se feront en fonction des dates de réouverture. Les autres postes de ce plan concernent des économies d’énergie, la variabilisation des coûts matières, ainsi que des baisses ou reports d’autres charges de fonctionnement". Avec ce plan de réduction des coûts, le groupe confirme que les pertes de fermeture de tous ses sites seront ainsi "compensée à hauteur d’un peu plus de 40% ". Dominique Marcel, PDG de l'entreprise, a lui baissé de 20% sa rémunération fixe durant la période de confinement.

Le groupe demeure malgré tout "confiant"

Malgré la crise, le groupe se veut positif. "Compte tenu de sa structure de financement à long terme, des mesures d’adaptation prises et de la possibilité de recourir à des lignes de crédit additionnelles, le Groupe demeure confiant dans sa capacité à couvrir ses besoins de liquidités jusqu’à la fin de l’année civile, y compris dans un scénario dégradé."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess