Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Baisse du pouvoir d'achat des retraités, "de plus en plus nombreux à aller aux Restos du cœur"

mercredi 3 octobre 2018 à 10:32 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

Les syndicats de retraités manifestent ce mercredi à Paris pour dénoncer la baisse de leur pouvoir d'achat. Françoise Lichière, porte-parole des retraités pour l'union syndicale dans le département était l'invité de France Bleu Vaucluse matin.

Pour la quatrième fois en un an, les retraités manifestent
Pour la quatrième fois en un an, les retraités manifestent © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium

Vaucluse, France

Ils dénoncent l'appauvrissement d'une partie des retraités français. Les syndicats manifestent ce mercredi à Paris devant l'Assemblée nationale pour réclamer la suppression de la hausse de la CSG. Françoise Lichière, secrétaire générale de l'union syndicale des retraités en Vaucluse, estime que "quand on a déjà des revenus modestes, il en faut peu pour tomber dans la pauvreté. Le Vaucluse est un département pauvre, nous avons 16% des 60-74 ans en dessous du seuil de pauvreté. Les 300-400 euros en moins sur l'année ont fait tomber certains dans la pauvreté"

"Ce que nous voulons : pas de retraite en dessous du SMIC brut." 

Autre inquiétude, la revalorisation des pensions en dessous de l'inflation. "Nous réclamons à revenir à ce qui se faisait avant, explique Françoise Lichière. C'est-à-dire une revalorisation basée sur la revalorisation du salaire moyen".  

Les syndicats redoutent la réforme des retraites à venir

Alors que le gouvernement va entamer une nouvelle réforme des retraites, les syndicats craignent aussi une remise à plat des pensions de reversion, ce que touchent les veufs et les veuves au décès de leur compagne ou compagnon. Edouard Philippe s'est engagé à ne pas y toucher. "Cela ne rassure pas du tout" Françoise Lichière : "Le président Macron avait dit qu'il ne toucherait pas au pouvoir d'achat des retraités et on voit bien ce qu'il en est. Donc les promesses, tant qu'on n'a pas vu les réformes, on n'y croit pas." 

"On a perdu entre 30  et 35% de pouvoir d'achat sur 20 ans."

S'ajoute à tout cela une éventuelle baisse des complémentaires retraite, qui n'ont de complémentaires que le nom, "puisqu'elles représentent entre 30 et 50% du revenu des retraités". 

Pour Françoise Lichière, "les premières cibles de ce gouvernement, ce sont les pauvres et parmi les pauvres. Il y a les retraités. Demandez aux Restos du cœur : depuis quelques années, ils voient venir des retraités. Ils ont travaillé toute leur vie, ils avaient un contrat social avec le pays. La retraite, nos cotisations sociales, c'était pour permettre de payer les retraites, mais c'était aussi un contrat qui nous promettait à nous une retraite." 

"On n'est pas des assistés en tant que retraités."

Au-delà de la manifestation parisienne de ce mercredi, une manifestation unitaire avec les actifs est prévue le 9 octobre prochain et une autre le 18.