Économie – Social

A Ballan-Miré, les déchets médicaux s'accumulent dans l'entreprise Med'Clean

Par Valentine Schira, France Bleu Touraine vendredi 20 mars 2015 à 16:33

Une centaine de tonnes de déchets s'entassent depuis plusieurs semaines dans les locaux de l'entreprise
Une centaine de tonnes de déchets s'entassent depuis plusieurs semaines dans les locaux de l'entreprise © Radio France - Valentine Schira

Salaires impayés, employés en cours de licenciement et déchets potentiellement dangereux qui s'entassent, l'entreprise est dans la tourmente. La préfecture d'Indre-et-Loire s'empare du dossier.

Les problèmes s'accumulent pour les salariés de Med'Clean, cette entreprise spécialisée dans le traitement et le recyclage des déchets médicaux. Ces derniers jours cinq salariés sur la quinzaine que compte le site de Ballan-Miré ont été convoqués à un entretien préalable au licenciement.

"Ce sont des déchets qui doivent être incinérés sous 72h maximum... Ils sont sur place depuis presque deux mois." Un employé de Med'Clean

Autre conséquence des problèmes financiers de l'entreprise, les déchets s'entassent dans les locaux, faute de pouvoir payer les entreprises d'incinération. Il y a actuellement une centaine de tonnes de déchets médicaux, dont certains composés de produits chimiques ou à risque infectieux, sur le site de Ballan-Miré. Un site prévu en temps normal pour en entreposer deux tonnes. Cette accumulation inquiète les salariés.

Ces déchets peuvent être dangereux d'après Eric Chaudet, délégué du personnel chez Med'Clean.

Les employés sont aussi inquiets pour leur salaire, qu'ils n'ont pas touché depuis deux mois. La direction de l'entreprise leur a versé une  indemnité il y a quelques jours mais le compte n'y est pas, d'après les salariés.

Pour Eric Chaudet, délégué du personnel chez Med'Clean, l'avenir de l'entreprise s'annonce sombre

La préfecture d'Indre-et-Loire a envoyé jeudi à la direction de Med'Clean, basée près de Lyon, un arrêté de mise en demeure pour vider les déchets du site de Ballan-Miré. Les services de l'état devraient se rendre lundi sur place pour vérifier si cela a été fait. Si ce n'est pas le cas, ils demanderont à une autre entreprise de le faire puis enverront la facture à Med'Clean.