Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Seine-et-Marne : barrage filtrant de routiers ce samedi sur l'A4

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Après les embouteillages monstres vendredi soir en Île-de-France, la circulation risque encore d'être compliquée ce samedi dans la région. Des routiers se sont donnés rendez-vous à 7h à Croissy-Beaubourg. Ils organisent un barrage filtrant sur l'A4.

Mobilisation des routiers ce samedi en Île-de-France
Mobilisation des routiers ce samedi en Île-de-France © Maxppp - NATHALIE SAINT-AFFRE

Île-de-France, France

Les routiers se mobilisent ce samedi dans onze régions françaises, à l'appel de l'organisation des PME du transport routier (OTRE). Ils organisent une quinzaine d'opérations escargot ou de barrages filtrants, et notamment en Île-de-France. Les chauffeurs de poids-lourds se retrouvent à partir de 7h boulevard Courcerin, à Croissy-Beaubourg, en Seine-et-Marne.

Objectif : bloquer les camions étrangers

A 9h, les routiers ont pris la direction de l'échangeur des autoroutes A4 et A104. Ils ont décidé d'organiser un barrage filtrant sur l'A4. "On laissera passer les particuliers, explique Yann Viguié, porte-parole de l'OTRE. Mais on bloquera les camions, notamment étrangers, qui eux circulent le samedi."

Les manifestants resteront sur place "au moins jusqu'en début d'après-midi". Ils ont prévu de pique-niquer sur l'autoroute.

C'est la goutte de gasoil qui fait déborder la vase. - Yann Viguié, porte-parole de l'OTRE

Les routiers dénoncent une hausse de la fiscalité sur leur gazole, décidée par le gouvernement. Une hausse de deux centimes prévue dans le projet de loi de finances 2020. Elle doit rapporter 140 millions d'euros, en vue de financer les infrastructures de transports. Cette mesure a été approuvée par l'Assemblée nationale en octobre dernier, puis supprimée par le Sénat. Une commission paritaire doit trouver un nouvel accord le 12 décembre prochain.

Les professionnels craignent que cette taxe ne fragilise encore plus le secteur. "C'est la goutte de gasoil qui fait déborder le vase, s'agace Yann Viguié. Nous dénonçons l'ensemble des taxes et la concurrence déloyale venue de l'Europe de l'est."

Les routiers réclament "davantage de contrôles et d'éviter que la France soit traversée par des 'low-cost' qui ne paient pas de taxes".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu