Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Barrage filtrant des agriculteurs des Pyrénées-Orientale à la Croisade

vendredi 7 août 2015 à 9:15 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon

Une soixantaine d'agriculteurs des Pyrénées-Orientales manifestent ce vendredi matin à la Croisade après le col du Puymorens, un barrage filtrant avec un seul mot d'ordre : "laissez nous travailler et produire français"

Barrage filtrant des agriculteurs des Pyrénées-Orientale à la Croisade
Barrage filtrant des agriculteurs des Pyrénées-Orientale à la Croisade © FDSEA

Une soixantaine d'agriculteurs et une vingtaine de tracteurs et d'engins agricoles ont pris position au lieu dit "la Croisade" après le col du Puymorens dans les Pyrénées-Orientales à l'intersection de la nationale 20 et la 20 bis qui montent sur le Pas de la Case, la route de Barcelone. Ils distribuent des tracts et des fruits. Un barrage filtrant prévu pour la matinée de ce vendredi.

Le mot d'ordre : "laissez-nous travailler et produire français" . Le choix du lieu de la manifestation n'est pas anodin, à la croisée de trois pays : la France, l'Andorre et l'Espagne. Trois pays qui n'appliquent pas les mêmes règles en matière de fiscalité, de normes de production.

Côté français, les agriculteurs estiment que l'interprétation des règles européennes est "complètement folle" mettant en mal la compétitivité des exploitations.

Bernard Clément est éleveur en Cerdagne : "A force de nous mettre des contraintes que nous ne pouvons pas tenir, il n'y aura plus de paysans pour entretenir les paysages, plus de bêtes en estives et ici ce ne serait plus que des broussailles, ce serait la catastrophe. déjà qu'il y a des avalanches."

"Le ministre de l'agriculture a intérêt à travailler, sinon ce sera le feu dans les campagnes."

"Le ministre de l’agriculture nous a fait des promesses qu'il n'a pas tenu. Les mesures en faveur de l'élevage sont les mêmes que l'an dernier pour l’arboriculture, un emplâtre sur une jambe de bois .

  • Lui est peut être en vacances, nous pas, on travaille dans nos champs tous les jours. Il a intérêt à bosser et à nous présenter quelque chose de correct à l'automne, sinon il y aura le feu dans les campagnes, notamment avec le jeunes qui ne vivent pas de leur travail"*

Manifestation des agriculteurs PO

Une vingtaine de tracteurs ont convergé vers la Croisade