Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange

L'UMIH Île-de-France craint "25% de fermetures" d'établissements dans l'hôtellerie-restauration à la rentrée

-
Par , France Bleu Paris

Le président de l'UMIH Île-de-France s'inquiète d'une reprise économique qui tarde à venir pour les bars, restaurants et hôtels, faute de clients et de touristes. Il estime aujourd'hui qu'un seul hôtel sur deux est ouvert dans la région.

Plusieurs établissements ont déjà mis la clé sous la porte, comme ce restaurateur de la rue de Bruxelles, à Paris.
Plusieurs établissements ont déjà mis la clé sous la porte, comme ce restaurateur de la rue de Bruxelles, à Paris. © Maxppp - Mathieu de Martignac

D'habitude, à cette période, il est compliqué d'en trouver un à des prix abordables. Mais cet été, les hôtels franciliens se retrouvent obligés de réduire leurs tarifs pour rester attractifs. Car les rares clients qui viennent dans la région ont l'embarras du choix. Il y a de la place partout.Les hôtels sont loin de faire le plein, vu le contexte sanitaire et le peu de touristes. Le taux d'occupation moyen est de 60% au niveau national et d'à peine 40% à Paris selon MKG, un cabinet de conseil spécialisé dans l'hôtellerie.

"On peut parler d'une situation particulièrement inquiétante, surtout par rapport à ce qu'il se passe dans le reste de la France", assure sur France Bleu Paris, ce mercredi, Jean-Marc Banquet d'Orx, président de l'UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) Île-de-France. "Nous sommes véritablement sinistrés dans Paris intra-muros et la grande ceinture. Si 90% des hôtels sont ouverts en France, il y en a seulement un sur deux en Île-de-France." 

On ne sent pas la reprise. Pour nous, la relance elle est loin.

"La troisième présentation de la loi de finances qui a été présentée a été défavorable à notre secteur et c'est très inquiétant. Pour la rentrée, nous tablons sur 25% de fermetures. Des dépôts de bilan, des faillites parce que les établissements ne pourront pas faire face aux besoins de trésorerie car si on a eu une aide, et heureusement que l'Etat a été là, aujourd'hui ça ne suffit plus. On ne sent pas la reprise. Pour nous, la relance elle est loin", poursuit le président de l'UMIH Île-de-France. 

Il demande à l'Etat de "poursuivre certaines aides comme l'exonération des charges patronales, qui s'est arrêtée fin juin". En attendant, le gouvernement fait un premier geste. Le chômage partiel dans le secteur du tourisme sera prolongé jusqu'au mois de décembre, a promis Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, ce mercredi sur franceinfo.

Une cellule psychologique en place

Pour permettre aux restaurateurs et aux hôteliers franciliens de parler de leur situation et des problèmes qu'ils rencontrent, une cellule psychologique est mise en place par l'UMIH. "Nous sommes mis en relation avec l'association Apesa. Des psychologues et notre syndicat sont à l'écoute, même auprès des non-adhérents", explique Jean-Marc Banquet d'Orx.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess