Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les bars au Mans veulent pouvoir rouvrir jusqu'à 2 heures du matin

-
Par , France Bleu Maine

De nombreux bars du Mans ont en temps normal des dérogations pour ouvrir jusqu'à 2 heures du matin, mais suite à la crise sanitaire, certains attendent le renouvellement de la leur depuis des mois.

Des patrons de bars au Mans demandent à récupérer leurs dérogations pour ouvrir jusqu'à 2 heures du matin
Des patrons de bars au Mans demandent à récupérer leurs dérogations pour ouvrir jusqu'à 2 heures du matin © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Certains attendent depuis septembre le renouvellement de leur dérogation préfectorale pour ouvrir jusqu'à 2 heures du matin, et non une heure comme le veut la règle générale : plusieurs patrons de bars manceaux montent au créneau pour profiter pleinement de la saison estivale, malgré les contraintes de jauges encore en place. 

Des dossiers en attente

La dérogation nécessaire pour ouvrir jusqu'à deux heures devant être renouvelée chaque année, certains établissements du Mans ont renvoyé leur dossier à l'automne dernier ou début 2021, parfois en plein confinement ou en période de restrictions sanitaires. Depuis, rien. _"_La préfecture nous répond, mais seulement pour nous dire qu'elle n'a pas de directive du ministère de l'Intérieur concernant les ouvertures tardives", explique Morgan Livet, patron du bar Le Vaud'. 

"Mais les dérogations, c'est la préfecture qui les accorde ! lance Erwan Loureiro, gérant du 108. On se demande simplement pourquoi il n'y a pas d'évolution de nos demandes. Tous _les établissements qui n'ont pas récupéré la dérogation, ce sont ceux qui ont fait leurs demandes pendant les confinements_." Lui aurait dû voir sa dérogation renouvelée en mars : sa demande n'est toujours pas traitée. Le patron du Vaud' a envoyé comme chaque année son dossier en septembre, pour un renouvellement en octobre ou novembre, mais il est pour l'instant obligé de fermer dès une heure du matin. Un signe selon les patrons de bars du retard pris dans le traitement des demandes.

Incohérence de la concurrence

Quelques bars ont pourtant pu voir leur dérogation renouvelée, notamment l'été dernier : "la différence, c'est simplement la date anniversaire de leur dérogation qui est _tombée entre deux confinements_, explique Erwan Loureiro. L'administration était encore dans l'optique de donner les dérogations de 2 heures, aujourd'hui non." 

De fait, les nombreux bars qui n'ont pas récupéré leurs dérogations d'ouverture nocturne voient certains clients affluer plutôt vers la poignée d'établissements qui ont pu l'obtenir avant le deuxième confinement. "La fermeture à deux heures du matin, ça représente 30% du chiffre d'affaires, lance le patron du 108. Les gens qui sortent du restaurant à 23h30 ne viennent pas chez nous si elles ont à peine le temps de se faire servir et prendre un verre." 

L'objectif assure-t-il n'est pas de faire fermer tout le monde à une heure du matin, mais de permettre à "tous ceux qui avaient des dérogations à 2 heures" de les récupérer. Plusieurs patrons de bars, comme lui, plaident pour une reconduction automatique de leurs dérogations, au moins temporaire, pour la saison estivale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess