Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bas-Rhin : gros employeur de travailleurs détachés

mardi 13 février 2018 à 19:30 Par Lucile Guillotin, France Bleu Alsace

Le Bas-Rhin est le troisième département qui compte le plus de travailleurs détachés en France avec environ 25.000 salariés et autour de 15.000 dans le Haut-Rhin. Ces chiffres s'expliquent du fait du statut frontalier de l'Alsace.

Illustration d'un chantier
Illustration d'un chantier © Maxppp -

Strasbourg, France

C'est dans le Grand Est qu'on trouve le plus de travailleurs détachés. Ils sont 91.063. Et leur nombre à fortement augmenter en 2017 : 61,5% par rapport à 2016. Le Bas-Rhin est le troisième département français qui en emploie le plus. On compte environ 25.000 alors que le Haut-Rhin en totalise environ 15.000

Des travailleurs détachés "plus compétitifs"

L'Alsace emploie un grand nombre de travailleurs détachés du fait de la proximité avec l'Allemagne. Deux secteurs en sont friands : l'industrie et le BTP avec environ 5000 salariés pour chaque. Et dans le Haut-Rhin, ils arrivent également en tête. Les patrons ont recours aux travailleurs détachés car "ils restent malgré tout plus compétitifs et certaines entreprises, notamment qui sont soumises à des appels d'offres, sont obligées d'aller chercher des coûts qui sont bas" selon Etienne Barilley, président de la Fédération française du bâtiment dans le Haut-Rhin. Il ajoute que "parfois, et c'est peut-être un paradoxe quand on voit le nombre de chômeurs en France, on a des difficultés à trouver des compétences chez des travailleurs français comme les couvreurs, et des métiers qui sont considérés comme difficiles, par exemple la maçonnerie et les travaux publics".