Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bayonne : plus de 2000 manifestants contre la politique de Macron

mardi 9 octobre 2018 à 18:31 Par Andde Irosbehere, France Bleu Pays Basque

1700 personnes selon la police, 2500 selon les syndicats : mobilisation d'ampleur ce mardi matin à Bayonne, pour dénoncer "la casse du modèle social"

Fonctionnaires, salariés du privés, retraités... tous disent non à la politique sociale du gouvernement
Fonctionnaires, salariés du privés, retraités... tous disent non à la politique sociale du gouvernement © Radio France - Andde Irosbehere

Bayonne, France

Première mobilisation depuis la rentrée, et mouvement très suivi à Bayonne. Les syndicats se félicitent d'avoir mobilisé près de 2500 personnes dans les rues contre la politique sociale d'Emmanuel Macron. Ils étaient environ 1700 selon la police.

A l'appel des syndicats CGT, FO, FSU et LAB, le mot d'ordre était général : "oui au progrès social, non à la régression".  De nombreux enseignants, des cheminots,  des agents hospitaliers et des salariés du privé ont battu le pavé pour dénoncer une politique "idéologique" qui détruirait le modèle social selon eux.

"Le service public est en train de mourir aujourd'hui, on est là pour le défendre"; témoigne Sophie, agent territorial au Conseil départemental. "Il y a de moins en moins de personnel pour recevoir de plus en plus de public en grande difficulté... On ne peut plus assurer notre mission correctement". Constat partagé par les enseignants et personnels de l'Education nationale, qui dénoncent la suppression annoncée de 1800 postes, ou bien les agents hospitaliers qui tirent la sonnette d'alarme quant aux manque de moyens. 

Dans le cortège également, beaucoup de retraités, dont André, de Saint-Jean-de-Luz, vent debout contre la hausse de la CSG et le gel des pensions. "Je trouve scandaleux que ce pouvoir, que je qualifie de scélérat, prenne de l'argent aux retraités pour le donner aux millionnaires. Jamais on n'a eu à faire face à un tel gouvernement."

Dans le cortège, très peu de jeunes, mais de nombreux retraités - Radio France
Dans le cortège, très peu de jeunes, mais de nombreux retraités © Radio France - Andde Irosbehere

La réforme des retraites inquiète

Symbole de la "casse du modèle social", la réforme du système de retraites. Elle ne serait finalement présentée qu'après les élections européennes, mais déjà les pistes évoquées sont loin de rassurer les syndicats. Emmanuel Macron voudrait faire converger la quarantaine de régime spéciaux en un système universel; il assure que l'âge légal de départ à 62 ans ne changera pas, mais Jacques Dassé, retraité et membre de l'union locale CGT, est persuadé du contraire :

"C'est une remise en cause du système par répartition" Jacques Dassé, retraité et membre de l'union locale CGT

Treinbideetako langile eta LAB sindikatuko langile den Ramuntxo Labat ere arrenguratua da. Haren ustez, gobernuaren helburua da erretreta adina 67 urtera pasatzea, Europako beste erresumetan bezala :

"60 urterekin, pertsona batek merezi du erretretara joatea" Ramuntxo Labat, LABeko kidea