Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Béarn : 600 curistes avaient réservé aux Eaux-Bonnes, ils seront remboursés ou redirigés

-
Par , France Bleu Béarn

Les curistes qui devaient venir aux Eaux-Bonnes, en vallée d'Ossau, se verront proposer un remboursement, ou une place ailleurs en France. Il y a encore beaucoup de points d'interrogation sur l'avenir de ces thermes.

La bulle des thermes des Eaux-Bonnes (archives)
La bulle des thermes des Eaux-Bonnes (archives) © Radio France - Marie-Line Napias

Eaux-Bonnes, France

La fameuse bulle translucide qui recouvre désormais une partie des anciens thermes continue de faire parler d'elle. Une chose est sûre, à cause de problèmes de structures, un rapport d'experts recommande de ne pas ouvrir l’établissement, et il n'y aura pas de cures cette saison. Les curistes devaient venir à la mi-mai jusqu'à fin octobre.

Une année blanche aux Eaux-Bonnes, qui est un manque à gagner pour le groupe Valvital, l'exploitant des thermes. Conséquence directe : les 600 curistes qui avaient déjà réservés seront soit remboursés, soit redirigés vers une autre ville thermale en France. 

"Quand on voit que ce projet n'aboutit pas, c'est toujours très frustrant" — Frédéric Prades, directeur régional de Valvital

Il va falloir aussi proposer des mesures de chômage partiel à la quinzaine de salariés du site, 4 CDI et une dizaine de saisonniers. Désormais, on se demande si Valvital qui affichait déjà un déficit de 200 000 euros par an aux Eaux-Bonnes, va rester. Le groupe attend la suite des épisodes, car tout dépendra des dernières expertises attendues en mai ou juin 2019. C'est à ce moment là, qu'il sera décidé des travaux potentiels de consolidation. 

Un projet à 8 millions d'euros

La commune a largement mis la main à la poche, certes avec des subventions, mais la facture s'est alourdi pour ce projet désormais estimé à 8 millions d'euros, hors taxes. Les Eaux Bonnes espèrent aussi faire jouer les assurances pour payer les surcoûts du chantier.