Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Prime Covid" : les aides à domicile attendent toujours en Béarn et Bigorre

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Elles ont été présentes auprès des personnes âgées isolées et dépendantes pendant tout le confinement mais aujourd’hui la reconnaissance de leur travail tarde à venir. Elles espèrent toucher une "prime Covid" mais attendent surtout une plus grande considération.

Les aides à domicile n'ont toujours rien reçu pour leur engagement pendant le confinement
Les aides à domicile n'ont toujours rien reçu pour leur engagement pendant le confinement © Maxppp - Florian SALESSE

Après s’être renvoyés la balle à plusieurs reprises, les départements et l’État avaient trouvé début août un accord pour verser une prime aux aides à domicile. 160 millions d'euros sont prévus. Certains départements ont déjà versé cette prime, mais en Béarn comme en Bigorre, les aides à domicile ne voient rien venir. Elles n'ont pas pu profiter de cet argent, ni pour leurs vacances d’été, ni pour la rentrée scolaire. Aujourd’hui, elles ont le sentiment encore une fois, de ne pas être considérées.

Emmanuel Macron avait promis une prime avant Noël

Aurore est aide à domicile sur Nay. Elle travaille pour l’ADMR, le premier réseau associatif de services à la personne. Elle a entendu comme ses collègues l'annonce présidentielle cet été sur une prime qui pourrait atteindre 1.000 euros, mais aujourd'hui elle n'y croit plus vraiment.

Nous sommes dans le flou complet.

"Nous ne savons pas ce que nous allons toucher. Apparemment, ça dépend de beaucoup de critères. Dans d’autres départements, je sais qu’il y a des filles qui ont touché des sommes vraiment dérisoires. Pendant la crise, on a très peu parlé de nous, remarque Aurore. Pourtant si on n’avait pas été là, les gens seraient décédés chez eux !"

Les aides à domicile seront les dernières servies

Le calcul de cette prime s'annonce en effet bien compliqué. Elle ne sera pas la même pour toutes. Elle pourrait être proportionnelle au nombre d'heures et de jours travaillés pendant le confinement. Les départements doivent donc collecter toutes ces informations pour établir une liste des personnes éligibles.

Véronique Pommiès préside l'antenne ADMR Luy et Gabas sur le secteur de Morlàas. Elle aussi souhaite que le département des Pyrénées-Atlantique ne tarde plus trop. "On est impatients de savoir quel va être le montant de cette prime. Comment elle va être distribuée. Ça fait très longtemps qu’on dit qu’il faut réévaluer le salaire de ces femmes, reconnaître leurs compétences mais pour l’instant on ne voit rien venir de concret. J’espère que le département va faire un grand geste pour elles toutes".

Pour l'heure les présidences des départements du 64 comme du 65 refusent de communiquer sur le mode de calcul qui sera retenu. Le sujet est qualifié de « trop sensible ».

Choix de la station

À venir dansDanssecondess