Économie – Social

Bedous : la seule pharmacie de la vallée d'Aspe est fermée

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn dimanche 15 janvier 2017 à 20:20

La pharmacie de Bedous a déposé le bilan
La pharmacie de Bedous a déposé le bilan - maxppp

La seule pharmacie de la vallée d'Aspe est fermée depuis le mardi 10 décembre. Le pharmacien a déposé le bilan de son officine à Bedous. Le village attend la décision du tribunal de commerce de Pau pour la suite.

La seule pharmacie de la Vallée d'Aspe a déposé le bilan. L'officine située à Bedous est fermée depuis mardi dernier, le 10 janvier. C'est la dernière avant l'Espagne et la plus proche est située à Bidos, dans l’agglomération d'Oloron. La pharmacie de Bedous est en cessation de paiement. Une fermeture qui pose beaucoup de problèmes à toute la vallée.

Le casse tête des maisons de retraite

C'est un problème parce qu'il faut quasiment retourner jusqu'à Oloron pour trouver une pharmacie. Au-delà de la gêne pour les particuliers, cette pharmacie avait aussi la charge de fournir les maisons de retraite et les établissements médicaux de la vallée. Pour le moment on bricole en allant chercher tous les jours les 50 kilos de médicaments nécessaires. Mais il faudra bien trouver une autre solution.

Le tribunal de commerce en arbitre

Le tribunal de commerce de Pau va prononcer au plus vite le redressement judiciaire. Peut être ce mardi ou celui d'après. Et peut être, tout le monde l’espère dans la vallée, une poursuite d'activité durant la période de redressement judiciaire. Pour que l'officine assure le minimum nécessaire à la bonne santé de la vallée.

L'ancienne pharmacie dans le centre bourg de Bedous - Aucun(e)
L'ancienne pharmacie dans le centre bourg de Bedous - Google street view

Une pharmacie en manque de trésorerie

Le constat est là. La pharmacie n'a pas la trésorerie pour acheter ses médicaments. Parce qu'il y a des charges de loyers particulières liées à l'histoire de cette officine. Parce que son chiffre d'affaire dépasse de presque rien le seuil qui l'oblige à avoir un assistant. Et surtout parce que la réglementation l'a obligée récemment à investir dans une machine coûteuse de conditionnement des médicaments pour les maisons de retraite et les établissements médicaux. Les traitements doivent être livrés sous blister plastique, avec code barre et étiquetage au nom des patients.