Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La réforme des retraites

Belfort : ils manifestent contre le recours au 49-3 sur la réforme des retraites

Une trentaine de personnes, dont une dizaine de gilets jaunes, s'est mobilisée ce lundi matin Place d'Armes à Belfort pour protester contre le recours au 49-3 sur la réforme des retraites.

 Parmi les manifestants : une dizaine de gilets jaunes, mais aussi des représentants de la CGT.
Parmi les manifestants : une dizaine de gilets jaunes, mais aussi des représentants de la CGT. © Radio France - Mado OBLIN

Une trentaine de personnes se sont rassemblées ce lundi vers 11h, sous la pluie, Place d'Armes à Belfort, pour protester contre le recours à l'article 49-3 de la Constitution, annoncé samedi par le gouvernement pour faire passer la réforme des retraites sans vote des députés. Parmi les manifestants : une dizaine de gilets jaunes, mais aussi des représentants de la CGT.

Il faut que les députés de l'opposition démissionnent collectivement

"Il faudrait que les députés, dont on ne prend plus l'avis en compte, démissionnent collectivement, puisque de toute façon, on a un Parlement tout-puissant et un Chef d'Etat tout-puissant", estime Dominique, l'un des gilets jaunes. "Au lieu de déposer une motion de censure qui ne sert à rien, ils devraient s'en aller, et comme ça l'Assemblée nationale ne pourrait plus fonctionner".

Avec ce recours au 49-3, "on est en train de complètement couper l'herbe sous le pied de tout le monde", réagit Elodie, enseignante, syndiquée FSU. "Il est important de réagir rapidement, de montrer notre opposition à cette façon de faire qui n'est pas spécialement démocratique".

Si on ne se mobilise pas maintenant, après on pourra nous faire avaler des couleuvres

Selon elle, les "enseignants vont perdre 30% de leurs pensions avec cette réforme". "Cette réforme par points, c'est quelque chose qui par la suite pourra nous faire avaler des couleuvres si on ne montre pas qu'on ne veut pas de cette politique et qu'on ne fait pas des actions visibles qui peuvent gêner, je ne vois pas comment on peut faire autrement". 

Il y avait malgré tout peu de manifestants. "C'est normal", relativise Corentin, autre gilet jaune. "Au bout d'un an et demi de mobilisation il y a des gens qui sont découragés, d'autres qui n'arrivent plus à joindre les deux bouts, ils sont obligés de travailler et ne peuvent plus participer aux manifs". Il espère pourvoir remobiliser les troupes d'ici la fin du mois pour la prochaine grande journée d'action interprofessionnelle prévue le mardi 31 mars.

Les organisations syndicales opposées à la réforme des retraites appellent à des mobilisations partout en France dès ce mardi 3 mars, "devant les préfectures et sous-préfectures, y compris par le recours à la grève". Ce sera le cas ce mardi et ce mercredi, avec des actions à 17h devant la préfecture de Belfort, et à 17h30 à Montbéliard devant la sous-préfecture.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu