Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : General Electric dans le Territoire de Belfort

VIDÉO - Belfort : "J'ai demandé à General Electric de ne fermer aucun site" affirme Bruno Le Maire

Le ministre de l'Economie et des Finances ne confirme ce mercredi "aucun chiffre" concernant les craintes de suppressions de postes sur le site General Electric de Belfort, mais Bruno Le Maire assure "qu'aucun site ne fermera en France".

Le ministre de l'économie et des finances Bruno Lemaire.
Le ministre de l'économie et des finances Bruno Lemaire. © AFP - SAUL LOEB

Belfort, France

"J'ai demandé à General Electric de ne fermer aucun site industriel en France", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire ce mercredi sur franceinfo, au sujet des craintes de fermeture des sites de Belfort et Bourogne dans le cadre d'un plan social. "Je ne confirme aucun chiffre", a-t-il assuré alors que circulent des informations selon lesquelles entre 800 et 1.000 emplois seraient supprimés à Belfort dans la branche "Gas Power" de General Electric.

Il faut que General Electric puisse se réinventer"

"Surtout, j'ai demandé à General Electric de se réinventer industriellement", a précisé le ministre. "General Electric c'est plus de 10.000 emplois en France, une empreinte industrielle considérable, il faut qu'elle réussisse sa transition énergétique, maintienne ses emplois en France et surtout qu'elle se développe sur les énergies renouvelables. Aujourd'hui, elle a une empreinte très forte sur les turbines à gaz, il n'y a pas de débouchés, il faut qu'elle puisse se réinventer. C'est ce sur quoi nous travaillons."

Ce qui compte pour moi c'est qu'il n'y ait pas de fermetures de sites"

Bruno Le Maire a reçu Damien Meslot, le maire de Belfort, et tous les élus locaux et explique leur avoir "indiqué 'pas de fermeture de site, un travail en commun pour redonner des perspectives industrielles à Belfort et d'autres sites', 50 millions d'euros ont été déboursés par GE pour cela". Dans cette perspective, le ministre de l'Economie "ne confirme aucun chiffre" concernant d'éventuelles suppressions d'emplois.

"Nous sommes en discussion avec General Electric, les syndicats, les élus locaux. Ce qui compte pour moi c'est qu'il n'y ait pas de fermetures de sites, que nous trouvions une solution pour chaque salarié et surtout qu'on réinvente une empreinte industrielle de General Electric en France sur la base des énergies renouvelables, notamment l'éolien offshore puis que GE envisage de développer l'éolien offshore en France."

INFOGRAPHIE : ce que pèse General Electric dans le Territoire de Belfort. - Radio France
INFOGRAPHIE : ce que pèse General Electric dans le Territoire de Belfort. © Radio France - Blandine Costentin