Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Belfort : les habitants de la Pépinière se mobilisent pour garder leur distributeur

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard
Belfort, France

A Belfort, les habitants de la Pépinière se mobilisent pour ne pas voir un de leurs services disparaître à nouveau de leur quartier. Ce mardi, le bureau de poste a fermé, emportant avec lui le distributeur automatique de billets, dont beaucoup ont besoin au quotidien.

Les habitants sont venus nombreux pour réclamer le maintien de leur D.A.B
Les habitants sont venus nombreux pour réclamer le maintien de leur D.A.B - Florinda Chipeaux

C'est un service de plus qui disparaît : le bureau de poste de la rue de Bavilliers dans le quartier de la Pépinière ferme ses portes, remplacé par un relais de poste urbain. Certains services postaux seront désormais assurés au sein du bureau de tabac du quartier. Ce n'est pas le premier concerné dans la région et les habitants s'y attendaient, mais cette fermeture entraîne la suppression du D.A.B (distributeur automatique de billets), et cela pénalise plusieurs habitants. La Poste assure par la voix de sa directrice n'avoir pas le choix. D'une part, la rentabilité de ce D.A.B n'est pas au rendez-vous, et d'autre part, neuf sont déjà en service à Belfort, ce qui est assez pour une ville de cette taille, précise-t-elle. En outre, ce distributeur de la Pépinière a déjà été braqué plus d'une fois, et la sécurité ne peut plus être assurée dans la mesure ou les employés de La Poste ne sont plus sur place.

Une pétition pour demander le maintien du D.A.B

Christophe Bretève, un habitant de la Pépinière, a décidé de lancer une pétition dans laquelle il appelle les habitants à signer pour demander à La Poste de rétablir le distributeur automatique de billets. Avec une poignée d'habitants, il se mobilise dans le quartier. Devant le tabac, dans le froid, ou encore au CCAS, ils n'hésitent pas à interpeller les habitants sur cette problématique. "Beaucoup de gens n'ont pas forcément envie de dépenser plus de 10 euros (le montant minimum autorisé en carte bancaire) au tabac, et tous n'ont pas droit à une carte bleue, certains n'ont qu'une carte de retrait. Le DAB le plus proche se trouve au quartier des Résidences, ça fait loin simplement pour avoir en poche quelques liquidités...", explique-t-il.

"Tout le monde n'a pas les moyens d'aller jusqu'aux Résidences pour aller retirer de l'argent" - Christophe Bretève

"A la Pépinière, nous sommes les oubliés de la ville"
— Denise, une habitante du quartier

Cela pénalise d'autant que tous n'ont pas de moyen de locomotion : "Le week-end, c'est d'autant plus compliqué. Les bus ne passent pas souvent, il faudrait alors compter 2 heures pour aller retirer quelques billets ? Ce n'est pas possible !", lance-t-il. "On doit encore payer deux euros (le prix du bus) pour monter aux Résidences, et quand on a du mal à marcher comme moi, ce n'est pas facile !", ajoute Denise, une habitante venue récolter des signatures. "Ce n'est pas le premier service qui ferme ici. On a vraiment l'impression d'être les abandonnés de la ville, les oubliés de Belfort", lâche-t-elle.

" Si les gens ne peuvent plus retirer d'argent à côté, ils ne viendront plus chez nous"
— Florinda Chipeaux, la gérante du tabac de la Pépinière

Le retrait de ce distributeur risque d'avoir des conséquences aussi chez les commerçants du quartier. ""En tant que tabac presse, nous avons des commissions sur les cartes bleues. Nous ne pouvons pas nous permettre de baisser le montant minimum autorisé de paiement en CB sinon nous sommes perdants. Nous ne récoltons déjà que 6,8 %, soit 42 centimes sur un paquet de cigarettes à 7 euros", relate la gérante. Nous sommes l'un des seuls commerçants de proximité du quartier, explique Florinda Chipeaux, la gérante du tabac de la Pépinière, qui devient relais de poste urbain. Si nos clients ne peuvent pas retirer de l'argent juste à côté, ils risquent de partir plus loin, aux Résidences ou encore au centre ville, et ils feront certainement les petites courses qu'ils faisaient autrefois chez nous là-bas" explique-t-elle.

Le projet d'ouverture d'une épicerie menacé

"Un client est venu me dire qu'il avait retiré quelques billets aux Résidences et qu'il était revenu acheter sa baguette ici. C'est gentil, mais je sais bien que tous ne resteront pas fidèles longtemps..." ajoute Florinda Chipeaux, presque peinée. D'autant plus que Florinda a un projet d'agrandissement de son commerce en ouvrant une épicerie à la place du Spar qui a fermé il y a deux ans et demi. Elle a même embauché une vendeuse en CDI pour pallier à la croissance d'activité, mais si son chiffre d'affaire baisse dans les mois qui viennent, son projet risque de tomber à l'eau.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu