Économie – Social DOSSIER : Alstom Transport à Belfort : encore un avenir ?

Les salariés d'Alstom de Belfort manifestent ce matin devant le siège de l'entreprise en région parisienne

Par Hajera Mohammad et Emilie Pou, France Bleu Paris Région, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon et France Bleu mardi 27 septembre 2016 à 7:37

Les salariés d'Alstom de Belfort en route vers le siège du groupe à Saint-Ouen
Les salariés d'Alstom de Belfort en route vers le siège du groupe à Saint-Ouen © Radio France - Emilie Pou

Tous les salariés d'Alstom en France sont appelés à faire grève ce mardi. Les salariés de Belfort, eux, ont décidé d'aller manifester à Saint-Ouen en région parisienne devant le siège du constructeur. Objectif : maintenir la pression sur la direction et sur le gouvernement.

Le gouvernement doit annoncer ses solutions pour le site d'Alstom la semaine prochaine. En attendant, le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, qui s'est présenté hier devant les syndicats lors d'un CCE extraordinaire a décidé de geler le plan de transfert annoncé il y a trois semaines. Le constructeur ferroviaire voulait transférer le site de production de Belfort vers Reichshoffen en Alsace. A Belfort, 400 employés sont concernés.

"On se repère, on parle de la journée à venir, c'est une ambiance studieuse - Jean-Fançois, salarié d'Alstom à Belfort

Pour peser dans la décision finale et se faire entendre, l'intersyndicale appelle les 9.000 salariés d'Alstom dans toute la France à débrayer ce mardi et à manifester s'ils le peuvent à Saint-Ouen, devant le siège de l'entreprise où se déroule un comité d'entreprise à 11h. Un appel entendu par les salariés de Belfort. Sur les 480 employés, 200 ont pris le train ce mardi à 6 heures à la gare TGV de Belfort Montbéliard. Certains sont vêtus de leur veste de travail sur laquelle on peut lire "Alstom". Ils ont été rejoints par une centaine de salariés du site d'Ornans dans le Doubs.

"Il y a un temps de réveil, on se repère, on se répartit en petits groupes et on essaye de se réfléchir à la suite de la journée. C'est une ambiance plutôt studieuse" explique Jean-François, un salarié. Christophe, employé d'Alstom à Belfort depuis 35 ans est touché par la solidarité des collègues des autres villes. "C'est important. Pourquoi le site de Belfort est touché et pourquoi ça n'arriverait pas aux autres ?" s'interroge-t-il". "Ça fait mal au ventre au bout de 35 ans d’être maltraité comme ça" avoue-t-il.

Jean-François, salarié d'Alstom Belfort : "On va montrer que tout le monde est concerné"

"Chacun connaît des difficultés, d'autres établissements sont dans le collimateur. Si on ne se mobilise pas aujourd’hui, ce sera trop tard. Il faut monter au créneau" ajoute Olivier Kohler, délégué CFDT chez Alstom Transport. Le TGV en direction de Paris arrive à 8h37. Un train dont les motrices ont été confectionnées à Belfort, rappelle le syndicaliste."C'est le fruit du travail des salariés de Belfort, c 'est une image symbolique à laquelle on tenait" avoue Olivier Kohler.

Olivier Kohler, délégué CFDT Alstom à Belfort : "Voyager dans un train conçu à Belfort, c'est symbolique"