Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Belleville-sur-Loire : le réacteur numéro 2 de la centrale se prépare pour 10 ans de plus

-
Par , France Bleu Berry

Le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire est à l'arrêt depuis la fin du mois de mai. Il ne redémarrera que fin octobre. Cinq mois de travaux pour la révision décennale des installations.

La salle de commande de la centrale nucléaire de Belleville sur Loire, lors du découplage du réacteur numéro 2 dans la nuit du 24 au 25 mai.
La salle de commande de la centrale nucléaire de Belleville sur Loire, lors du découplage du réacteur numéro 2 dans la nuit du 24 au 25 mai. - ERDF

Belleville-sur-Loire, France

C'est la troisième révision de cette ampleur pour ce réacteur numéro 2 de la centrale de Belleville-sur-Loire. Ces travaux vont coûter environ 100 millions d'euros.  Le but est de renforcer la sûreté du réacteur, explique le directeur de la centrale Jean-Marie Boursier. On va notamment renforcer l'étanchéité du bâtiment abritant le réacteur. Rien à voir avec la qualité médiocre du béton coulé à l'époque de la construction de la centrale, assure Jean-Marie Boursier : " Tous les 10 ans, on fait une épreuve enceinte, c'est à dire qu'on va gonfler l'enceinte à une pression supérieure. Et donc on a décidé de revêtir d'une résine cette enceinte interne pour améliorer encore les fonctions d'étanchéité. Le béton a toujours été étanche. Simplement, ces tests sont faits tous les 10 ans et on cherche à améliorer encore la sûreté des installations." 

La centrale de Belleville sur Loire compte deux réacteurs. - Radio France
La centrale de Belleville sur Loire compte deux réacteurs. © Radio France - Michel Benoit

L'un des points majeurs, c'est de contrôler de manière approfondie la cuve du réacteur, le centre névralgique. On met aussi à l'épreuve les tuyauteries avec une pression pouvant atteindre 206 bars, pour être sûr que tout tiendra en cas d'incident. L'idée, c'est de mettre à niveau la centrale en tenant compte de l'expérience et des accidents survenus dans le monde. On va par exemple installer des protections grands vents pour abriter certaines installations en cas de tornade. Pas sûr que cela suffise à convaincre les écologistes qui dénoncent la vétusté des centrales en France et les incidents à répétition. Ces travaux d'un montant de 100 millions d'euros ont des retombées économiques très importantes dans le secteur :  " Au pic, on sera 3.500 à travailler sur la centrale, détaille Jean-Marie Boursier, alors qu'habituellement, on est moins de 1000. Ce sont vraiment des travaux exceptionnels, à une dimension hors normes. " Au total, 18.000 opérations seront menées durant ces 5 mois, c'est six fois plus que pour un arrêt programmé classique destiné à recharger le combustible.