Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bénis soient les fours de Saint-Louis

dimanche 27 novembre 2016 à 14:59 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Lorraine Nord

La tradition perdure depuis plus de quatre siècles. Les fours de la manufacture de Saint-Louis doivent être bénis pour assurer la qualité de leur cristal. Qu'on y croit ou non, le moment est rare. Ce samedi, une centaine de verriers étaient présents pour baptiser leur nouvel outil de travail.

Deux nouveaux fours ont été installés pour un investissement total de 10 millions d'euros
Deux nouveaux fours ont été installés pour un investissement total de 10 millions d'euros © Radio France - Lucas Valdenaire

Saint-Louis-lès-Bitche, France

C'est la plus vieille cristallerie de France et elle se modernise. A Saint-Louis-les-Bitche, en Moselle-Est, les cristalleries du village, connues dans le monde entier, viennent d'acquérir un tout nouveau four. Et ce samedi, c'était jour de baptême. Près d'une centaine de salariés étaient présents.

"Un moment d'émotion"

C'est la coutume, tous les cinq ou dix ans, on fait venir un curé pour bénir les lieux. Une tradition ancestrale pour certains, une véritable légende pour d'autres : "si le four n'est pas baptisé, le cristal ne sera jamais de bonne qualité," assure le président des cristalleries de Saint-Louis Jérôme de Lavergnolle.

Un four qui n'a pas été béni est un four qui ne rentre pas dans la communauté des verriers. C'est un vrai moment d'émotion

"Un vrai moment d'émotion" pour le président Jérôme de Lavergnolle.

"Nous avons déjà inauguré un autre four l'an dernier, un four à pot, poursuit le PDG. Que d'eau bénite diront certains, tout ça pour un outil industriel diront d'autres. En tout cas, c'est une tradition qui remonte au 16ème siècle. A l'époque, le four était itinérant, et à chaque nouvel endroit, le curé de la paroisse venait le bénir."

Pas d'autel mais un four en fusion

Et ce samedi, c'était une première pour monsieur le curé. L'abbé Klein n'avait jamais baptisé un tel outil : "tout instrument de travail peut-être béni, confirme l'homme d'église. Chacun verra le signe qu'il voudra : certains auront une lecture plus superstitieuse que d'autres." Le curé finit son discours, un micro à la main, le goupillon dans l'autre. Ici, pas de nef mais une manufacture, pas de chœur mais un monstre de métal, pas d'autel mais un four en fusion.

La manufacture emploie 300 personnes, dont 200 verriers. Ils étaient nombreux hier à assister à la cérémonie. Certains y croient, d'autre non. Mais au delà des croyances religieuses, la bénédiction de ce nouveau four reste un moment important pour les salariés de Saint-Louis : un deuxième four flambant neuf pour améliorer le travail au quotidien.

La cristallerie de Saint-Louis réalise 70% de son chiffre d'affaire à l'étranger - Radio France
La cristallerie de Saint-Louis réalise 70% de son chiffre d'affaire à l'étranger © Radio France - Lucas Valdenaire

Ce nouveau four à bassin a été mis en service une semaine auparavant. L'an dernier, un four à pot avait été installé au même endroit. De quoi rendre le travail des employés plus efficace et, peut-être, améliorer la qualité de ce cristal reconnu dans le monde entier. L'idée étant de se développer et pourquoi pas, à l'étranger. La manufacture de Saint-Louis réalise 70% de son chiffre d'affaire à l'export. Un magasin à Beyrouth au Liban vient d'être inauguré. Prochaine étape : la Chine !

A réécouter : le reportage à la cristallerie de Saint-Louis

Le reportage à la cristallerie de Saint-Louis