Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Les élections européennes 2019

Benoît Hamon et Edouard Martin ensemble à Hayange pour demander le redémarrage des hauts fourneaux

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

A quelques mois des élections européennes, Benoît Hamon, chef de file de Génération.s, était ce jeudi avec l'eurodéputé sortant - et ancien syndicaliste d'ArcelorMittal - Edouard Martin, à Hayange, pour demander le redémarrage des hauts fourneaux, dont l'arrêt a pourtant été acté en décembre.

Édouard Martin et Benoît Hamon demandent le redémarrage des hauts fourneaux d'Arcelor Mittal, à Hayange, le 7 mars 2019
Édouard Martin et Benoît Hamon demandent le redémarrage des hauts fourneaux d'Arcelor Mittal, à Hayange, le 7 mars 2019 © Radio France - magali fichter

Hayange, France

Il n'en démord pas. Edouard Martin demande toujours le redémarrage des hauts fourneaux, et le respect de l'accord signé en 2012 entre l'Etat et ArcelorMittal en 2012. Pourtant, lorsque la "mise sous cocon" est arrivée à son terme en décembre, le géant de l'acier a annoncé leur arrêt définitif. Mais l'ancien syndicaliste et eurodéputé ne l'entend pas de cette oreille, et ce jeudi, il a reçu le soutien de Benoît Hamon, aujourd'hui chef de file du mouvement Génération.s, en visite en Moselle à quelques mois des européennes.

Tous deux s'appuient à la fois sur l'article 5 de l'accord de 2012, qui stipule que les hauts fourneaux doivent redémarrer si le marché de l'acier va mieux, ce qui est le cas selon eux, et sur la lettre d'Emmanuel Macron aux Européens il y a quelques jours, qui propose des mesures de protection de l'économie aux frontières de l'UE. Et ils demandent une production d'acier "propre" à Florange - on pense notamment à la proposition d'aciérie électrique relayée par certains syndicats comme la CGT.

L'Etat sera-t-il, une fois de plus, doux avec les puissants et dur avec tous les autres ?" - Benoît Hamon

Sur place, pourtant, rares sont les habitants qui croient encore au redémarrage. Mais il en faut plus pour décourager Benoît Hamon : "Si j'avais été travailleur dans la sidérurgie, je pense que j'aurais du mal à y croire. On a pris l'habitude de se faire rouler dans la farine et je peux parfaitement le comprendre. La question, c'est faut-il pour autant se taire ? Il y a un engagement de l'État. Seront t-ils une fois de plus doux avec les puissants et durs avec tous les autres ? Dire aux uns, ne manifestez pas le samedi avec les gilets jaunes, et face à ArcelorMittal on se couche ?"

Il faut être patriote au sens économique du terme" - Benoît Hamon

Benoît Hamon en est persuadé, un redémarrage est possible : "On a la technologie, on a le savoir-faire, on est capable de recruter". Il évoque l'Italie, où ArcelorMittal vient d'investir dans la réhabilitation d'un site comparable à celui de Florange. "_Il faut arrêter de s'inventer des excuses ! On a tout en France pour rouvrir, il faut être patriote au sens économique du terme ! On peut faire de l'acier propre ici, alors qu'_on importe de l'acier dans des conditions écologiques dégueulasses du Brésil ou de la Chine", martèle-t-il.

C'est ça la réindustrialisation ? Raser les hauts fourneaux et installer des magasins low-cost ?" - Edouard Martin

"L'Europe importe 27 millions de tonnes d'acier" par an, abonde Edouard Martin, soulignant que la relance des hauts fourneaux permettrait d'en produire deux millions. Il accuse notamment les élus locaux d'avoir tiré un trait sur le site, et les interpelle : "Vous êtes prêts à dire publiquement que vous vous foutez de cette usine, que vous vous moquez de cette possibilité de création d'un millier d'emplois directs ? C'est ça la réindustrialisation ? Raser les hauts fourneaux et installer des magasins low-cost ?"

Une plainte avant l'été

Si l'eurodéputé a déjà dit qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat, il n'a rien perdu de sa verve, et assure à nouveau vouloir attaquer l'Etat en justice sur le non-respect de l'accord de 2012. La plainte, dit-il, devrait être déposée avant l'été.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu