Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bergeracois : l'entreprise Chromadurlin ferme deux sites à Creysse et Bergerac

-
Par , France Bleu Périgord

Les deux sites de Creysse et de Bergerac qui produisaient du vernis à ongles vont fermer leurs portes faute de rentabilité. 33 salariés sont concernés. Mais un nouveau projet pourrait voir le jour à Creysse.

Les deux sites producteurs  de vernis de Bergerac et Creysse devraient fermer en juillet
Les deux sites producteurs de vernis de Bergerac et Creysse devraient fermer en juillet © Maxppp - Richard Villabon

La date est désormais connue. Selon le maire de Creysse et président de la communauté d'agglomération Bergeracoise, Frédéric Delmarès les deux sites de l'entreprise Chromadurlin à Creysse et Bergerac devraient fermer leurs portes le 12 juillet prochain, laissant sur le carreau 33 salariés licenciés économiques.

L'issue semblait inévitable à Creysse et Bergerac.

Pourtant, les laques rouges ou roses sortant des usines bergeracoises claquaient toujours aux doigts manucurés des élégantes . Mais l'âge d'or de ces vernis à ongles explosifs faits à base de nitrocellulose en bergeracois semblait bel et bien fini. Pourtant l'aventure avait bien commencé. Lorsque la Poudrerie avait vendu cette partie de la production aux italiens de Chromavis,  les ventes avaient progressé. Plus d'une centaine de personnes travaillaient sur les deux sitesl; la fabrication du vernis était assurée par l'unité de Creysse, celle de la couleur sur le site de l'ancienne poudrerie à Eurenco. Mais en 2013, le groupe FAREVA basé au Luxembourg rachète Chromavis et les choses se gâtent. 

Le site d'Eurenco à Bergerac
Le site d'Eurenco à Bergerac © Radio France - Antoine Balandra

Le chiffre d'affaires baisse chaque année 

De 2013 à 2020, le chiffre d'affaires pique du nez. Des machines sont sorties de l'entreprise en 2015 et 2017. Et aujourd'hui l'issue est inévitable. La situation économique est telle que la direction choisit de fermer. 33 salariés seront donc licenciés économiques, dont la moitié a plus de 50 ans. Les lettres devraient partir le 2 juillet.  

Un nouveau projet sur le site de Creysse 

Mais aujourd'hui les 33 salariés de Chromadulrin ont quelques raisons d'espérer. Car la Communauté d'agglomération Bergeracoise soutient le projet d'implantation d'une nouvelle entreprise à Creysse. On n'en sait pas grand chose aujourd'hui, si ce n'est qu'elle pourrait créer une quarantaine d'emplois. La condition de son implantation est liée au coût du site de Creysse fixé par Fareva. La CAB est prête à prendre le relais à condition qu'il soit raisonnable. Pour Frédéric Delmarès, il faut que le groupe soit conscient du " trou social" que génère son départ sur le territoire et donc que Fareva prenne cet aspect en compte. En attendant et en espérant  l'implantation d'une nouvelle activité à Creysse, les salariés devraient pouvoir bénéficier de congés de reclassement  ou de formation. Le maire de Bergerac et le président de la CAB y travaillent ensemble. L'usine devrait fermer le 12 juillet, mais 8 personnes vont rester sur place, le temps du  démantèlement du site qui doit aussi être dépollué.

Frédéric Delmarès , le président de la Communauté d'Agglomération Bergeracoise sur l'avenir du site

Choix de la station

À venir dansDanssecondess