Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Besançon : des centaines d'intermittents et de précaires manifestent contre la réforme de l'assurance-chômage

-
Par , France Bleu Besançon

Plusieurs centaines de manifestants ont défilé dans les rues de Besançon, ce vendredi 23 avril. Ce qui les fâche, c’est surtout la réforme de l’assurance-chômage bientôt en vigueur. Les chômeurs ont ensuite été rejoints par les intermittents du spectacle de Franche-Comté.

Plusieurs centaines de manifestants, dont les intermittents du spectacle, défilent dans le centre-ville de Besançon
Plusieurs centaines de manifestants, dont les intermittents du spectacle, défilent dans le centre-ville de Besançon © Radio France - Toky Nirhy-Lanto

La réforme de l’assurance-chômage : ils n’en veulent pas. Ce vendredi 23 avril, 500 manifestants selon les organisateurs et 300 selon la police se sont réunis, sur la place de la Révolution, à Besançon. Ils ont ensuite défilé dans le centre-ville, avant d’occuper la place Jean Cornet. Ils répondent à l’appel national lancé par plusieurs syndicats contre l'assurance-chômage nouvelle formule. Elle doit entrer en vigueur début juillet. Une mobilisation à laquelle s'est jointe notamment la Coordination des Intermittents et des Précaires de Franche-Comté. 

Moins d’allocations pour le retour à l’emploi

Les manifestants sont nombreux et remontés, ce vendredi matin. Dans le flot de personnes, il y a notamment Géraldine. Pour la jeune intermittente de 29 ans, la réforme qui doit s’appliquer prochainement ne présage rien de bon. « L’assurance va compter mes jours non-travaillés, parmi la période où j’étais au chômage. Mes jours travaillés seront donc moins pris en compte, donc mes droits seront plus faibles. Je sais simplement que pour le moment, à cause de cette réforme, je me projette plus à devoir demander l’allocation de solidarité versée par Pôle Emploi, ou le RSA versé par la Caisse d’Allocations Familiales », décrit la jeune femme. 

Une reprise des manifestations culturelles trop floue 

A la grogne contre la nouvelle l'assurance-chômage, il faut ajouter la protestation contre des perspectives floues de réouverture des lieux de culture. Selon le Premier Ministre Jean Castex, leur reprise progressive est prévue mi-mai. Des annonces insuffisantes, juge "El Mira". L'artiste ne se fait pas d'illusions sur cette annonce, qui n'améliorera pas sa situation. « C'est très bien, on nous promet une réouverture, mais j'ai du mal à y croire. Je n'aurais pas les heures requises (NDLR : pour l'indemnisation du chômage), je risque de ne pas être renouvelé, à moins que des contrats tombent par miracle, d'ici fin août", déplore le chanteur. 

Cette manifestation s'ajoute aux autres actions déjà entreprises, notamment par les intermittents du spectacle. A Besançon, ils occupent le Centre Dramatique National, depuis la mi-mars

Choix de la station

À venir dansDanssecondess