Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Besançon : le lycée Pergaud bloqué par les manifestants

mardi 9 octobre 2018 à 8:44 Par Anne Fauvarque, France Bleu Besançon

A Besançon, plusieurs militants bloquent ce mardi le lycée Pergaud de Besançon, le plus gros établissement de l'académie. Les élèves ne peuvent pas entrer au lycée.

L'entrée du lycée Pergaud de Besançon est bloquée ce mardi.
L'entrée du lycée Pergaud de Besançon est bloquée ce mardi. © Radio France - Anne Fauvarque

Besançon, France

Le lycée Pergaud de Besançon est bloqué depuis 7h30 ce mardi matin par des manifestants armés de drapeaux et banderoles. Des pneus ont été brûlés devant l'enceinte de l'établissement. Les pompiers se sont rendus sur place.

"Quand je suis arrivé, témoigne Mohamed, élève de seconde, les manifestants étaient là avec un mégaphone. Ils criaient des slogans. Je n'ai pas pu entrer au lycée. Toutes les entrées étaient bloquées"

On pouvait sortir du lycée mais pas entrer", Mohamed, élève de seconde

Quelques minutes plus tard, Mohamed a aperçu son proviseur à l'extérieur. "Il a dit qu'on pouvait passer par une autre entrée, explique le lycéen. Mais c'était trop tard. Les manifestants étaient déjà partis la bloquer aussi. En fait, ils laissaient sortir les gens, mais pas entrer". 

La CGT, FO, Solidaires, l'Unef et l'Unl appellent à une mobilisation sociale interprofessionnelle ce mardi, pour lutter contre la "politique idéologique" du gouvernement et "la casse des droits collectifs."