Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bessines-sur-Gartempe : la reprise de Steva conditionnée au maintien de son plus gros client

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu Creuse

L'avenir de STEVA était de nouveau examiné par le tribunal de commerce de Lyon ce mercredi. Un avenir qui reste très incertain pour l'usine de Bessines car si la société F2j reste intéressée pour reprendre l'usine elle demande des garanties. Or le plus gros client semble vouloir quitter le navire.

A l'usine STEVA de Bessines-sur-Gartempe c'est l'incompréhension : son plus gros client est en train de les lâcher
A l'usine STEVA de Bessines-sur-Gartempe c'est l'incompréhension : son plus gros client est en train de les lâcher © Radio France - Françoise Ravanne

Haute-Vienne, France

C'est une nouvelle épine dans le pied pour Steva. L'usine de Bessines-sur-Gartempe pourrait être lâchée par son plus gros client STS qui sous-traite à l'usine de la Haute vienne des pièces pour les camions Volvo. Une clause qui était au cœur d'une nouvelle audience ce mercredi  devant le tribunal de commerce de Lyon. 

Si ça se confirme le seul repreneur potentiel de Steva , la société F2j  renoncerait à son projet de reprise. "Et on les comprend" explique Bruno Grimaux, le délégué force ouvrière de Steva "car STS constitue 30 % de notre chiffre d'affaire". En revanche le rachat des murs de l'usine du nord de la Haute Vienne semble être en bonne voie avec le coup de pouce des collectivités.

"Steva est loin d'être sauvée"  -  le délégué Force ouvrière de Steva

Dans l'usine de Bessines c'est l'incompréhension "On a toujours livré notre client" et pour marquer leur colère les  salariés ont décidé de suspendre dés cette semaine les livraisons pour STS affirme Bruno Grimaux :"Et en plus le volet social n'a même pas encore été abordé" alors que l'échéance pour trouver un repreneur se rapproche à grands pas.

Les 107 salariés de STEVA seront définitivement fixés sur leur sort le 12 juin date de la dernière audience devant le tribunal de commerce de Lyon.