Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bessines-sur-Gartempe : redressement judiciaire en vue pour Steva

vendredi 30 mars 2018 à 13:14 - Mis à jour le vendredi 30 mars 2018 à 15:58 Par Alain Ginestet et Nathalie Col, France Bleu Creuse et France Bleu Limousin

La probable mise en redressement judiciaire de l'entreprise Steva, de Bessines-sur-Gartempe, a été annoncée ce vendredi matin lors d'un Comité d'Etablissement. C'est le tribunal de commerce de Lyon qui devrait prendre cette décision mardi. La société emploie à ce jour 115 personnes.

Le site Steva de Bessines-sur-Gartempe est spécialisé dans l'emboutissage
Le site Steva de Bessines-sur-Gartempe est spécialisé dans l'emboutissage © Radio France - Nathalie Col

Bessines-sur-Gartempe, France

L'entreprise Steva de Bessines-sur-Gartempe est sur le point d'être placée en redressement judiciaire. Les 115 salariés du site spécialisé dans l'emboutissage l'ont appris à l'issue d'un comité d'entreprise exceptionnel ce vendredi matin. La procédure devrait être validée mardi prochain par le tribunal de commerce de Lyon, dont dépend le siège du groupe. Dans le même temps, la holding devrait être placé sous procédure de sauvegarde selon le syndicat Force Ouvrière, majoritaire sur le site de Bessines-sur-Gartempe. Ça n'a pas d'impact sur les autres sites du groupe.

Plus d'argent pour payer les salaires

Lors d'une réunion d'information organisée ce matin dans le réfectoire de l'usine, la soixantaine de salariés réunis a aussi appris que le groupe versera seulement la moitié des salaires du mois de mars, la semaine prochaine. Il manque 120.000 euros pour payer le reste. Le PDG de Steva se serait engagé à faire en sorte que le régime de garantie des salaires (AGS) intervienne au plus vite pour compléter. 

Les salariés, qui vivent en Haute-Vienne et dans la Creuse, envisagent de se mobiliser dès la semaine prochaine pour faire pression et tenter d'accélerer le processus. Ils ont également sollicité le conseil régional de Nouvelle Aquitaine, le préfet de la Haute-Vienne et les députés et sénateurs pour les aider. Une réunion est d'ailleurs prévue prochainement avec la cellule restructuration de la grande région, ainsi qu'avec la députée Marie-Ange Magne, élue sur la circonscription concernée.

Si on ne bouge pas, on subira le même sort que GM&S à La Souterraine - Bruno Grimaux, délégué FO et représentant du CE 

Le syndicat Force Ouvrière a aussi pris contact avec Alain Martineau le PDG de GMD, qui a repris l'ancien site GM&S de La Souterraine (devenu LS Industrie après sa reprise en septembre dernier). Selon le syndicat, Alain Martineau est actionnaire de Steva à hauteur de 20% et c'est à ce titre que la discussion est engagée. Un rapprochement entre les usines de Bessines-sur-Gartempe et La Souterraine pourrait être envisagé, sachant qu'il y a encore trois ans, les deux sites faisaient de la même entreprise (Altia).