Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bridgestone : "Des scénarios alternatifs à une fermeture de site seront étudiés", selon le gouvernement

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Nord, France Bleu

Les ministres du Travail et de l'Industrie ont participé ce lundi à une réunion de crise consacrée à l'avenir de Bridgestone. "Des scénarios alternatifs à une fermeture de site" seront étudiés lors d'une nouvelle réunion", annonce la ministre Agnès Pannier-Runacher.

Les différents acteurs veulent convaincre la direction de Bridgestone pour éviter la fermeture
Les différents acteurs veulent convaincre la direction de Bridgestone pour éviter la fermeture © Radio France - Claire Mesureur

"Des scénarios alternatifs à une fermeture de site" seront étudiés lors d'une nouvelle réunion d'ici "deux à trois semaines". C'est ce qu'indique ce lundi la ministre de l'industrie Agnès Pannier-Runacher, à la sortie de la réunion de crise qui s'est tenue sur l'avenir de l'usine Bridgestone de Béthune. Selon elle, la direction a affirmé avoir examiné divers scénarios. La ministre indique que le gouvernement va charger un cabinet de conseil de mener une contre-expertise, un travail qui doit permettre "non seulement de regarder ces scénarios mais également de soumettre des scénarios alternatifs autour de cette technologie du pneu". Les deux ministres se sont rendues sur le site de l'usine Bridgestone à l'issue de la réunion. 

Un peu plus tôt, la direction de Bridgestone a fait savoir via un communiqué que la cessation d'activité de l'usine de Béthune est la "seule option", alors que des élus locaux, des syndicats et deux ministres étaient encore réunis au siège de la communauté d'agglomération de Béthune où se déroulait une réunion de crise. La direction du géant japonais explique dans un communiqué qu'elle entend "participer activement à la recherche de solutions pour le site et le territoire". Selon elle, la cessation totale d'activité est "la seule option qui permettrait de répondre à la surcapacité de production structurelle de Bridgestone et donc de sauvegarder la compétitivité de ses opérations en Europe". 

Trois représentants de la CGT, Bruno Wableet, Jean-Luc Ruckebuche et Christian Duchateau sont arrivés à 15h ce lundi à la communauté d’agglomération de Béthune où ils ont rendez vous à pour rencontrer les ministres Elizabeth Borne et Agnès Pannier-Runacher. Respectivement ministres du travail et de l'industrie, elles sont elles arrivées sur place ce lundi vers 14h. Il avait été annoncé que la direction de Bridgestone participerait à cette réunion par visioconférence.

Elles y participent à une réunion de crise sur l'avenir de l'usine Bridgestone qui emploie aujourd’hui 863 personnes et dont la direction a annoncé à annoncer la fermeture. Elles doivent s'entretenir des élus locaux, notamment Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France et aussi, en visioconférence, avec la direction du géant japonais du pneu. 

Les syndicats et la direction ont trouvé vendredi un accord de méthode pour discuter pendant cinq mois ds scénarios possibles afin d'éviter la fermeture. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess