Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Biarritz : les Gilets Jaunes sceptiques avant les annonces d'Emmanuel Macron ce mardi

lundi 26 novembre 2018 à 18:33 Par Valérie Menut, France Bleu Pays Basque

Le président de la République doit annoncer ce mardi un pacte social d'accompagnement dans sa politique de transition écologique, alors que les Gilets Jaunes entameront leur 11ème jour de mobilisation.

Les Gilets Jaunes entament ce mardi leur 11ème jour de mobilisation
Les Gilets Jaunes entament ce mardi leur 11ème jour de mobilisation © Radio France - Valérie Menut

Biarritz, France

Emmanuel Macron présentera ce mardi 27 novembre la programmation pluriannuelle de l'énergie jusqu'en 2028. Le président de la République en profitera pour redonner un cap à la politique de transition énergétique, "donner une nouvelle méthode pour qu'elle soit la juste possible" affirme l'Elysée. Ainsi doit être annoncée la création d'un Haut Conseil pour le climat; Emmanuel Macron détaillera également un "pacte social d'accompagnement". 

Un écran de fumée pour les Gilets Jaunes rencontrés ce début de semaine à Biarritz. Marie considère que le climat a bon dos : " On utilise le prétexte du climat pour nous assommer de taxes. Mais les dirigeants n'en ont rien affaire du climat, sinon ils feraient attention à ne pas prendre l'avion, et ils taxeraient les bateaux". Denis estime que c'est l'arbre qui cache la forêt d'un pouvoir d'achat en berne, et il interroge : "Est-ce que c'est normal pour les frontaliers d'aller dans un autre pays pour faire le plein du véhicule,  faire les courses ? Il n'y pas que la hausse du prix des carburants, il y a aussi les lobbys alimentaires qui font crever de faim les agriculteurs. Le problème est bien plus important que ça".

Pour Franck, ces annonces à venir, c'est "de la poudre de perlimpimpin". Ce Bayonnais admet qu'il faut des taxes, des impôts pour "faire marcher le pays", mais il réclame plus de transparence et d'explications. "Il faudrait qu'il annonce des mesures qui nous font comprendre que ce qu'il fait, c'est pour qu'on aille mieux, nous. Quand on dit nous taxer pour la planète, il faut qu'on ait la certitude que ce pognon il va bien là".

Et d'autres, même s'ils restent mobilisés, ne se font pas d'illusions. "Je pense qu'on ne va pas avoir ce qu'on souhaite, puisqu'il ne comprend pas exactement ce qu'on souhaite ! " résume Mélanie. La jeune femme, salariée dans l'hôtellerie, en a marre de compter au centime près ses dépenses quotidiennes. "C'est vrai que les revendications sont vastes. Mais ce qu'on veut, c'est une meilleure qualité de vie. On veut arrêter de tout compter partout où on va. Je m'inquiète, je ne vois pas l'avenir, je ne vois pas l'accès à la propriété. Le Pays basque on ne peut plus se le payer et y'en a marre".

Les Gilets Jaunes affichaient toujours leur ras-le-bol ce début de semaine au péage de Biarritz, sur l'A 63.  - Radio France
Les Gilets Jaunes affichaient toujours leur ras-le-bol ce début de semaine au péage de Biarritz, sur l'A 63. © Radio France - Valérie Menut