Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Biarritz : une permanence pour accompagner les commerçants touchés par le G7

-
Par , France Bleu Pays Basque

Dès ce lundi, s'ouvre en mairie de Biarritz une cellule d'accompagnement pour les commerçants touchés par le G7 de fin août. Il s'agit de les aider à remplir les dossiers d'indemnisation.

Une cellule d'accompagnement pour les commerçants de Biarritz touchés par le G7 ouvre ce lundi en mairie. (Illustration)
Une cellule d'accompagnement pour les commerçants de Biarritz touchés par le G7 ouvre ce lundi en mairie. (Illustration) © Radio France - Benjamin Illy

Biarritz, France

Ils peuvent être épaulés dans la constitution de leur dossier d'indemnisation. Les commerçants de Biarritz, lésés pendant le G7, peuvent à partir de ce lundi, compter sur une cellule d'aide, en mairie. Tous les jours, jusqu'au dépôt des dossiers, de 9h à 19h30, ils pourront venir chercher conseils et accompagnements. La circulaire à remplir doit être envoyée dans la semaine chez tous les commerçants. 

Des remboursements sur la période entre le 17 et le 31 août

"Il faut qu'ils viennent avec la comptabilité de l'an passée, et celle de cette année," détaille Serge Istèque, de l'Office de commerce et de l'artisanat de Biarritz. Les commerces pourront se faire indemniser sur la période du 17 au 31 août. L'Etat s'est engagé à faire les remboursements d'ici la mi-octobre. 

Si chaque commerçant peut faire la demande de son côté, l'Office de commerce fait valoir qu'un regroupement permet de peser plus lourd et d'être plus influent. Il y a une dizaine de jours, à la sortie d'une réunion d'information entre sous-préfecture et les représentants de commerçants, ces derniers avaient jugé insuffisante l'enveloppe de 350 000 euros débloquée par l'Etat. A l'époque,  Christophe Pecate, le sous-préfet d'Oloron-Sainte-Marie précisait "qu'un ajustement sera possible en fonction du nombre de dossier indemnisable".

Choix de la station

France Bleu