Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le restaurant-traiteur "La Ciboulette" de Bidos : une institution est sur le point de fermer ses portes

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Le restaurant-traiteur "La Ciboulette" à Bidos cessera son activité ce 31 décembre, au soir. Josiane et Didier Cottet, les gérants de cette institution depuis près de 35 ans, ont décidé de partir à la retraite. Une fermeture à l'ère de la Covid-19 qui fait fuir de potentiels repreneurs.

Le restaurant-traiteur "La Ciboulette" fermera ses portes le soir du 31 décembre.
Le restaurant-traiteur "La Ciboulette" fermera ses portes le soir du 31 décembre. © Radio France - Dimitri Morgado

Un dernier service le 31 décembre, et ils rendront leur tablier. Josiane et Didier Cottet, les propriétaires du restaurant-traiteur "La Ciboulette" à Bidos, vont partir à la retraite. C'est une réelle institution du Haut-Béarn créée en 1985, qui fermera ses portes. Après plus de 35 ans de bons et loyaux services, le couple a estimé qu'il était temps de se reposer un peu. Malgré l'amour qu'il porte à son établissement, Didier est tout de même content d'arrêter. "Depuis l'âge de 14 ans, je suis là-dedans. Je suis un peu fatigué, usé, on a 62 ans. C'est plus compliqué pour ma femme, elle est triste, elle. Moi, je ne dis pas que je ne suis pas triste, mais il faut arrêter un jour, sinon on va y laisser la santé à force."

Didier Cottet, co-gérant de "La Ciboulette", part à la retraite avec sa femme Josiane.

La tristesse des habitués

Du côté des clients, l'annonce de la fermeture de "La Ciboulette" a été un coup dur. Nombreux sont les habitués à fréquenter les lieux. "Parmi nos habitués, on avait beaucoup d'anciens. Certains ont disparu maintenant, mais leurs enfants ont continué à venir à leur tour.", se réjouit Didier Cottet. 

Deux de ces habitués sont particulièrement touchés par la fermeture du restaurant. André, ancien maire de Bidos, est triste de voir un commerce de plus qui s'arrête à Bidos. Il se rappellera longtemps de la gentillesse et du savoir-faire des propriétaires avec qui il a tissé des liens forts. Agnès est une autre fidèle cliente de "La Ciboulette". "Avec Josiane et Didier Cottet, on a l'habitude, pour tous les moments de la vie, que ce soient les bons ou les mauvais moments, on sait que quand on a besoin de quelque chose, on fait appel à eux. C'est toujours fait avec beaucoup d'amour, et ça correspond, pour les résumer, à une phrase de Bocuse qui dit : "Il n'y a pas de bonne cuisine si, au départ, elle n'est pas faite par amour pour les personnes à qui elle est destinée", et ça en résumé, c'est eux.", raconte Agnès.

"La Ciboulette" va manquer aux habitués, à l'instar d'André et d'Agnès.

Une fin de service entachée par la pandémie

Cette fermeture a été décidée il y a plus d'un an et demi, au printemps 2019. A ce moment-là, les deux gérants étaient loin d'imaginer que leur dernière année d'activité serait agrémentée d'une crise sanitaire et de deux confinements. "Pour nous, cela a vraiment été une année bancale, on n'a pas fait grand chose depuis le mois de mars. On a fait de la vente à emporter et on a continué à livrer tous les jours notre service "troisième âge", on ne les a pas laissé tomber, il faut bien qu'ils mangent ! Au final, je dirais qu'on a perdu 75 % de notre chiffre d'affaire", explique Didier. "Mais je plains surtout les jeunes, ceux qui ont des crédits, c'est sûr que pour eux, ça doit être très difficile."

La pandémie de Covid-19 aura également eu un impact évident sur la poursuite d'activité du restaurant-traiteur. L'établissement a été mis en vente l'année dernière, une personne était intéressée en décembre 2019, mais la crise sanitaire aura fait fuir ce potentiel repreneur. Après le départ du couple, les portes de "La Ciboulette" resteront donc closes, faute de successeur.

Près de 35 ans d'existence

C'est en 1985, que Josiane et Didier Cottet rachète une petite épicerie-traiteur située avenue d'Espagne à Bidos. Ils conservent la partie traiteur, et y ajoute un côté restauration, "La Ciboulette" naît alors. En 2000, le couple achète un corps de ferme au 29 de l'avenue Georges Messier, à Bidos toujours. Après l'avoir rénové de fond en comble, l'ancienne ferme se transforme en restaurant, et sera le nouvel écrin de "La Ciboulette", qui y est ensuite toujours resté. Ces nouveaux locaux permettent de créer notamment une salle de 180 couverts et des laboratoires pour la partie traiteur.

Côté cuisine, à "La Ciboulette", on mange surtout des plats en sauce, du poisson comme de la lotte ou du saumon. Mais une assiette a fait la réputation du restaurant-traiteur : "Nous, on avait une spécialité, c'était le ris de veau au madère, qui a fait un peu fureur. D'ailleurs pour le réveillon de Noël, on en a fait 250 portions !", raconte Didier Cottet. De quoi mettre un point final à cette année, et à la carrière du couple, en beauté. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess