Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bientôt les impôts payables au bureau de tabac : toujours plus de services pour les buralistes de l'Aveyron

-
Par , France Bleu Occitanie

Dès l'an prochain, on pourra régler ses impôts dans les bureaux de tabac. Les buralistes pourront percevoir en espèces ou par carte bancaire les impôts et amendes que gèrent la direction générale des finances publiques. Réactions en Aveyron, où ce sera déployé dès le premier trimestre 2020.

Alain Vieilledent, président de la chambre syndicale des buralistes de l'Aveyron, dans son commerce à Espalion.
Alain Vieilledent, président de la chambre syndicale des buralistes de l'Aveyron, dans son commerce à Espalion. © Radio France - Bénédicte Dupont

Espalion, France

C'était une demande de la profession pour toujours plus se diversifier. Après les billets SNCF (bientôt), les comptes Nickel, les bit-coins, les buralistes pourront dès l'année prochaine faire payer les impôts et amendes. Dans un premier temps, 18 départements dont l'Aveyron le testeront dès le premier trimestre 2020. Mais ce devrait être généralisé à l'ensemble du territoire le 1er juillet 2020.

Une nouvelle très bien accueillie par les principaux intéressés

Qui dit nouveau service, dit nouvelles commissions, rentrées de revenus. Donc Ludovic Belières, propriétaire d'un bureau de tabac à Espalion, n'y voit que du positif : "On a besoin de se diversifier, c'est une question de survie. Moi, le tabac représente encore 60% de mon chiffre d'affaires mais le volume baisse d'année en année. Et puis, ça peut être pratique quand les Impôts sont fermés, et c'est souvent le cas." Lui a choisi de vendre des gadgets-cadeaux et de la maroquinerie pour étoffer son offre. Son collègue à quelques centaines de mètres lui est cuisinier de métier. Alors Alain Vieilledent a ouvert un tabac-bar-restaurant, il vend aussi des jeux à gratter, le Loto, des permis de pêche, des timbres-amendes ou encore des comptes Nickel. Il est le président de la chambre syndicale des buralistes de l'Aveyron. 

50% qui rentrent dans un bureau de tabac n'achète pas de tabac. On a besoin de leur proposer d'autres services. — Alain Vieilledent, patron des buralistes en Aveyron

C'est lui que la maire de La Loubière, un village entre Rodez et Espalion, est venue voir quand le propriétaire de son bureau de tabac est parti. Pour vite trouver une solution. "Aujourd'hui, les maires le savent. À part l'école et leur mairie, ils n'ont rien. Mais avec un bureau de tabac, c'est un multi-services indispensable pour faire vivre la commune".

Il y a environ 200 bureaux de tabac en Aveyron. - Radio France
Il y a environ 200 bureaux de tabac en Aveyron. © Radio France - Bénédicte Dupont

Des contribuables sceptiques

Le sujet n'est pas vraiment encore arrivé aux oreilles des clients. Le ministre des Comptes publics en a fait l'annonce ce mercredi 24 juillet. Mais déjà, elle agace un autre commerçant attablé en terrasse, un photographe. Il apostrophe le patron : "Mais pourquoi vous avez le droit de vendre tout ça, et nous rien ?!!! Ça tue le petit commerce à force!", s'agace t-il. Autour de lui, ses trois amies n'ont pas d'avis sur cette histoire. "Ça ne me viendrait pas à l'idée de régler mes impôts ici", glisse l'une. "J'en paie pas de toute manière", s'esclaffe l'autre. Mais ce qui gêne Corinne et Nicolas, à la table juste derrière, c'est la question des services publics. 

On ne peut pas supprimer des emplois publics et donner leurs missions au privé, c'est pas possible. Les impôts, ça n'est pas aux commerçants de s'en occuper.

Qu'en est-il alors pour les personnes âgées ou celles, isolées, loin des centres de trésoreries? 20% des contribuables français n'ont pas encore adopté la dématérialisation. "Dans les villages éloignés des impôts, il n'y a pas forcément non plus de bureau de tabac. Ça ne résout pas grand chose", répond, dépité, Nicolas.

Les syndicats des Impôts très remontés

Les plus critiques sans doute, et sans surprise, sont celles et ceux qui travaillent pour les Impôts, pour la Direction générale des Finances Publiques (DGFIP). Les syndicats se questionnent sur deux points principaux : la confidentialité à laquelle ils sont tenus sur les dossiers et paiements, en sera t-il de même pour les buralistes ? Et les autres missions seront-elles assurées, les questions que peuvent avoir les contribuables à propos du recouvrement ou d'autres réclamations ?

C'est une externalisation d'une tâche avec pour but uniquement des suppressions d'emplois à la DGFIP. — Damien Ichard, secrétaire départemental FO-DGFIP

La réorganisation prévue aux Impôts en Aveyron d'ici la fin 2022 prévoit selon les syndicats qu'il ne reste que six centres urbains, six points de contact pour le public avec les finances publiques : Rodez, Millau, Decazeville, Villefranche-de-Rouergue, Espalion et Saint-Affrique. Mais certains seront dédiés à des accueils spécialisés par exemple le foncier à Millau. Il y a 24 trésoreries de proximité actuellement, il serait question dans trois ans de maintenir quatre services de gestion comptable.

Choix de la station

France Bleu