Économie – Social

Bigard ne respectera plus le prix du Marché au cadran

Par Annaïg Haute, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel vendredi 18 septembre 2015 à 15:48

La filière porcine est en crise
La filière porcine est en crise © Radio France - - Valérie Mosnier

Selon la FRSEA, le groupe Bigard va désormais acheter ses porcs à 1,329 euro/kg, en-dessous donc des 1,40 € réclamés par les producteurs. Et surtout en-dessous du prix fixé par le marché au Cadran de Plérin, qui s’établit en ce moment à 1,372€. Les agriculteurs parlent de provocation.

L’industriel, sorti début août du Marché au cadran, continuait à acheter, au prix du MPB (Marché du porc breton)  mais directement aux éleveurs 90.000 porcs par semaine. Mais selon la FRSEA, six semaines plus tard, le groupe Bigard vient d'envoyer un courrier pour annoncer sa nouvelle position. Un coup de tonnerre en pleine crise agricole. 

"Nécessaire pour rester dans la course" - Bigard

Bigard, leader de la viande en France, écrit dans cette lettre, que "sa problématique structurelle reste inchangée tout comme ses effrayants résultats économiques pour le maillon abattage-découpe qui se trouve totalement marginalisé sur le marché européen". Il poursuit que pour rester_ « dans la course » et permettre des investissements indispensables, il faut " s’engager dans un début d'alignement du prix du porc correspondant à l'offre et à la demande"_. Selon le groupe, il est impossible de le faire via le MPB. L’entreprise, qui refuse de réduire le nombre d’abatages, a donc décidé d’acheter à 1,329 €/kg, sauf pour ses filières qualités qui resteront au prix de base de Plérin.

" C’est une provocation délibérée, qui ne va pas rester sans réaction " - Le président de la Fédération nationale porcine

Cette décision déclenche la colère de la FRSEA, qui s’est exprimée depuis le Salon de l'élevage (Space) de Rennes."C'est une bombe politique et professionnelle, c'est la première fois qu'un outil économique décide de déclarer la guerre aux éleveurs de porcs", a réagi Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine "C'est du mépris, une volonté délibérée de retourner à un système féodal. C'est une provocation délibérée qui ne va pas rester sans réaction et je pense qu'il va s'en souvenir", a-t-il menacé. Les éleveurs envisagent une action, lundi 21 septembre, contre le groupe dont le siège est basé à Quimperlé.

"Un risque de guerre entre les éleveurs" - FRSEA

"Bigard a toujours été contre le cadran. Il ne s'en est jamais caché", a renchéri François Valy, responsable porcs de la FRSEA Bretagne. "Là, c'est une catastrophe parce que demain aucun éleveur ne sera payé le même prix, et il risque d'y avoir aussi demain la guerre entre les éleveurs."

Avec AFP