Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Black Friday : peut-on vraiment réaliser de bonnes affaires ?

-
Par , France Bleu

Le Black Friday vendredi devrait dépasser de 4% le record de 2018 pour atteindre 5,9 milliards d'euros de ventes. Pourtant, selon l'UFC-Que Choisir, les promotions annoncées sont souvent fausses. Les réductions réelles ne dépassent pas 2 à 7.5 %.

Les fausses promotions du Black Friday jouent sur le flou de la législation
Les fausses promotions du Black Friday jouent sur le flou de la législation © Maxppp - EMILIO NARANJO

Ce vendredi 29 novembre 2019 a lieu la 6e édition du Black Friday à la française. En seulement cinq ans, les commerçants français ont réussi à imposer une opération commerciale venue des États-Unis où une journée de promotion monstre suit le jeudi de Thanksgiving. 

Pas plus de 2 à 7,5% de réduction en réalité

Avec 230 euros dépensés en moyenne cette année, on devrait dépasser de 4% le record des ventes de 2018 pour atteindre 5,9 milliards d'euros. Pourtant l'association de défense des consommateurs UFC-Que choisir met en garde depuis des années contre certains abus.

L’Observatoire de la consommation de l’UFC-Que Choisir s’est penché sur les prix de 20 types de produits avant et pendant le Black Friday 2018. Il apparaît que seulement 8,3 % des 31.603 produits ont vu leur prix baissé

L'ampleur des réductions est surtout "très limité, 7,5 % en moyenne, soit très loin des 50, 60 voire 70 % de réduction mis en avant par les marchands" note l'UFC-Que Choisir.

La publicité du Black Friday bientôt interdite

"La moyenne des réductions effectivement pratiquées est inférieure à 2 %" note l'amendement au projet de loi antigaspillage adopté dans la nuit de lundi à mardi. Dénonçant une "communication trompeuse" les députés ont voté pour interdire la publicité du Black Friday. Elle sera intégrée aux "pratiques commerciales agressives" et passibles d’un emprisonnement de deux ans et d’une amende de 300.000 euros.

Des prix gonflés juste avant le Black Friday 

L’étude de l’Observatoire de la consommation de l’UFC-Que Choisir montre que lors du Black Friday 2018 certains prix ont été artificiellement gonflés juste avant la promo pour afficher une baisse plus conséquente, mais trompeuse. 

Les réductions à 70%, voire 80% ne sont pas vraisemblables pendant le Black Friday, puisque contrairement au solde d'hiver ou d'été il n'est pas possible de vendre a perte

Le flou de la législation sur le prix de référence 

D'autre pourcentages de promotion jouent aussi sur le flou qui entoure les prix de référence pour afficher des rabais. 

Ainsi la réduction semble plus importante sur un vieux modèle de smartphone si le commerçant la calcul par rapport aux prix de l'année de lancement du produit. Or les prix baissent dés qu'un nouveau modèle sort. La ristourne réelle sera moindre par rapport au prix actuel de l’appareil. 

Mais l'UFC-Que Choisir souligne qu'une "_directive européenne visant à mieux encadrer les prix de référence vient en effet d’être adoptée_. Elle devrait entrer en vigueur d’ici deux ans".

  - Visactu
© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu