Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Blanc Mesnil : petit rassemblement au Leclerc pour des augmentations et contre le "harcèlement"

mercredi 13 juin 2018 à 18:29 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Environ une trentaine de personnes étaient rassemblées ce mercredi midi pour dénoncer le "harcèlement moral" au magasin Leclerc du Blanc Mesnil. Un mouvement modeste qui réclame aussi des augmentations de salaires.

Rassemblement de la CGT pour dénoncer le "harcèlement moral" au magasin Leclerc du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis.
Rassemblement de la CGT pour dénoncer le "harcèlement moral" au magasin Leclerc du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis. © Radio France - Rémi Brancato

Le Blanc-Mesnil, France

Un modeste rassemblement ce mercredi midi devant le magasin Leclerc du Blanc Mesnil, en Seine-Saint-Denis. Environ une trentaine de personnes étaient venues dénoncer le "harcèlement moral" à l'intérieur du magasin et demander des augmentations salariales. Parmi les manifestants, surtout des militants CGT qui ne travaillent pas sur le site, qui compte 400 à 500 salariés. Selon le syndicat, le magasin bafoue la convention collective et les droits syndicaux.

Un climat social tendu, selon les manifestants

"Quand on vient travailler, on a la pression" lâche Théodora Amevor, déléguée du personnel CGT et caissière. "Ils cherchent des petites bêtes pour te mettre à la porte" confirme sa collègue Virginie Ndany, elle aussi déléguée CGT. Selon le syndicat, une déléguée du personnel sans étiquette syndicale est menacée de licenciement

"Ils ont des bénéfices, il faut que nous aussi nous en bénéficions"

La CGT demande aussi la tenue de négociations annuelles obligatoires (NAO), qui n'ont pas eu lieu depuis 2011, afin de débattre d'augmentations salariales. "Moi je suis à 30 heures par semaine et je suis payé moins de 1000 euros" s'offusque Théodora Amevor qui ajoute : "ils ont des bénéfices, il faut que nous aussi nous en bénéficions".

ECOUTER - Manifestation modeste devant le Leclerc du Blanc Mesnil

Le rassemblement peine à mobiliser 

Mais la manifestation peine à prendre, dans ce magasin où la CFDT est majoritaire. "Ce n'est pas parce que des salariés ont peur et se taisent, qu'ils ne doivent pas être respectés" défend Antoine Foti, secrétaire de l'union locale de la CGT du Blanc Mesnil. "Il y a eu un mouvement social ici chez Vente-Privée au Blanc Mesnil qui a été victorieux" rappelle-t-il, au sujet de la grève des salariés du groupe de vente en ligne, au mois d'avril : "quand les salariés sont organisés, ils arrivent finalement à obtenir quelque chose parce que de l'argent, il y en a!"

La direction du magasin Leclerc du Blanc Mesnil, que nous avons tenté de contacter, n'a pas répondu à nos sollicitations. Dans le journal Le Parisien, David Mathias, le directeur du Leclerc assure que la NAO est "en cours" et que dans son magasin, "on n'est pas au goulag!"