Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Blancafort : une PME étranglée par la crise du beurre

vendredi 29 septembre 2017 à 19:16 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

A Blancafort, les pâtes François reprennent espoir. Cette société de dix personnes fabrique des pâtes feuilletées et brisées pur beurre, mais ne trouve plus assez de beurre sur le marché pour faire tourner ses ateliers. Une réunion a tenté de débloquer la situation en préfecture à Bourges.

Claude et Eric François, les patrons des pâtes François (au premier plan). A l'arrière, le maire de Blancafort, Pascal Margerin, lors de la réunion à la préfecture de Bourges.
Claude et Eric François, les patrons des pâtes François (au premier plan). A l'arrière, le maire de Blancafort, Pascal Margerin, lors de la réunion à la préfecture de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

Blancafort, France

Claude François est sortie plutôt ragaillardie de cette réunion vendredi soir : "C'est toujours bon de se sentir épaulés, et si au moins cette réunion pouvait permettre de faire remonter le problème au président Macron et au ministère, peut-être que la filière du lait s'en portera mieux !". Les pouvoirs publics vont se mobiliser pour aider la PME à passer ce mauvais cap. Des allégements de charges seront possibles en attendant de retrouver suffisamment de beurre pour l'approvisionner. Le problème c'est que les pâtes François ont besoin d'au moins trois tonnes de beurre par semaine. Leur laiterie ne peut plus leur en fournir qu'une tonne. La demande est trop forte. Depuis la crise du lait en 2008, beaucoup d'élevages se sont arrêtés. Environ un sur trois. Aujourd'hui, le marché est très dynamique à l'exportation (Chine, Etats-Unis, Japon) et on se retrouve avec plus assez de beurre en France. Les prix ont bondi de 170 %. Cette société est la seule à fabriquer des pâtes pur beurre pour les bouchers, charcutiers, traiteurs notamment. Et il lui faut un beurre d'excellente qualité, deux pourcent plus sec qu'un beurre classique. "On travaille avec l'AOP Charentes Poitou. Il nous faut un beurre de baratte. Seules trois laiteries en fabriquent, explique Claude François. Ce qu'il faudrait c'est tout simplement qu'on paye le prix nécessaire aux éleveurs pour qu'ils puissent vivre décemment de leur métier. Il faudrait relancer un élevage pour un beurre de qualité en France afin qu'on puisse faire notre pâte, réputée dans le monde entier (ndlr : la société exporte 25 % de sa production). L'excellence française est reconnue et on la laisse tomber !" .

Le sous-préfet de St-Amand-Montrond, Laurent Maisonneuve, référent économqie, (premier à gauche) a mené la réunion en préfecture à Bourges. - Radio France
Le sous-préfet de St-Amand-Montrond, Laurent Maisonneuve, référent économqie, (premier à gauche) a mené la réunion en préfecture à Bourges. © Radio France - Michel Benoit

Les pâtes François emploient dix personnes. Les deux-tiers sont restés chez elles en congé forcé cette semaine et la semaine prochaine, 70 % seront au chômage technique. L'augmentation du prix du beurre a pour l'instant relativement épargné les grandes surfaces qui travaillent par contrat avec les laiteries, mais cela ne durera plus très longtemps.