Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Blanquefort : "Ford va payer" assure Bruno Le Maire

mardi 5 mars 2019 à 16:45 Par Fanette Hourt, France Bleu Gironde et France Bleu

Lors des questions au gouvernement ce mardi, Bruno Le Maire a assuré que Ford allait payer pour la revitalisation du site de Blanquefort. Le plan social de l'entreprise a été validé quelques heures plus tôt.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à l'Assemblée nationale.
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à l'Assemblée nationale. © Maxppp - Maxppp

Blanquefort, France

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a affirmé ce mardi que "Ford va payer ce qu'elle doit aux salariés, au site et au territoire". Le plan social de l'entreprise a été validé ce lundi soir, signant la fin de l'usine de Blanquefort. Mais avant de quitter le site, Ford devra donc financer ce PSE et la dépollution du site, comme le prévoit la loi.

"J'ai signé la lettre d'intention qui prévoit que Ford payera 20 millions d'euros pour la réindustrialisation du site, c'est six fois plus que les obligations légales de Ford", assure le ministre de l'Economie.

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, était à l'Assemblée nationale ce mardi.

Bruno Le Maire répondait ainsi à une question posée devant l'Assemblée nationale par le député La République en marche de la Gironde, Benoît Simian. Pour lui, "il faut que Ford paye", surtout au regard des subventions publiques que l'entreprise a touché. Celui-ci demande aussi au gouvernement de tout mettre en oeuvre pour réindustrialiser ce site, et de désigner une personne exclusivement en charge de ce dossier.

"Je crois en l'avenir industrielle du site de Blanquefort", a ajouté Bruno Le Maire, martelant que "je ne laisserai tomber aucun emploi industriel, je ne laisserai tomber aucun site industriel pour lui permettre sa revitalisation et le développement de ses nouvelles activités". Il a cependant avoué qu'il peut y avoir des "échecs". "Mais j'assume la nécessité absolue qu'il y a à intervenir chaque fois pour offrir des perspectives aux salariés", concluant que "nous ne construirons pas l'industrie de l'avenir sur les ruines de l'industrie du passé".