Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Blocage à la maison d'arrêt de Belfort

mercredi 13 mars 2019 à 10:58 - Mis à jour le mercredi 13 mars 2019 à 11:29 Par Manon Klein, France Bleu Belfort-Montbéliard

Une trentaine de personnes a manifesté devant la maison d'arrêt de Belfort ce mercredi matin. Une mobilisation qui fait suite à l'agression de deux surveillants la semaine dernière à la prison d'Alençon-Condé-sur-Sarthe. L'accès à l'établissement pénitentiaire a été bloqué pendant 1 heure 30.

L'accès à la maison d'arrêt de Belfort a été temporairement bloqué ce mercredi matin
L'accès à la maison d'arrêt de Belfort a été temporairement bloqué ce mercredi matin © Radio France - Manon Klein

Belfort, France

Des surveillants de prison, mais aussi des gilets jaunes, ont manifesté devant la maison d'arrêt de Belfort ce mercredi matin. L'accès à l'établissement pénitentiaire a été bloqué entre 8 heures et 9 heures 30, avant l'intervention de la police, qui a levé le blocage. La mobilisation des surveillants fait suite à l'agression de deux de leurs collègues la semaine dernière à la prison de Condé-sur-Sarthe.

Les surveillants demandent plus de moyens à Belfort

Les surveillants de Belfort se mobilisent en soutien à leurs collègues agressés. Cela fait plusieurs jours qu'ils débrayent, mais c'est la première fois depuis la semaine dernière qu'ils bloquent leur établissement. Ils demandent plus de moyens pour exercer leur métier. Des moyens humains, mais aussi "techniques" : "On est seul sur coursive (...) On n'a qu'un sifflet s'il se passe quelque chose. On a absolument rien. On n'est pas protégés " alerte Magalie, surveillante à la maison d'arrêt de Belfort.

C'est de pire en pire, ça évolue vraiment très mal. C'est de plus en plus violent" - Cathie, surveillante à la maison d'arrêt de Belfort depuis 20 ans

Le représentant du syndicat Force Ouvrière à la maison d'arrêt de Belfort, Sébastien Tommezoli, était mobilisé avec ses collègues ce mercredi matin. Selon lui, même si la maison d'arrêt de Belfort est un établissement de moindre taille, il connaît les même problématiques que les plus grandes prisons. "On a des détenus agressifs, des cas psychiatriques très lourds à gérer (...) Beaucoup de détenus n'ont plus peur du "bleu" (...) On se retrouve avec des objets dangereux : des couteaux en céramique ou encore des armes artisanales" explique le représentant syndical.