Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bobigny : 27 salariés de Peters Surgical contestent leur licenciement aux Prud'hommes

-
Par , France Bleu Paris

Peters Surgical, entreprise spécialisée dans la fabrication de dispositifs médicaux, a fermé son site de Bobigny (Seine-Saint-Denis), en juin dernier, supprimant 60 emplois. La CGT annonce que 27 anciens salariés ont décidé de contester leur licenciement devant les Prud'hommes.

Photo d'illustration conseil de Prud'hommes
Photo d'illustration conseil de Prud'hommes © Maxppp - Maxppp

En pleine crise sanitaire, la décision passait très mal. Peters Surgical, société spécialisée dans la fabrication de dispositifs médicaux, avait décidé de fermer son site de production et de logistique de Bobigny (Seine-Saint-Denis), en juin 2020, supprimant 60 emplois sur 140.

Ce vendredi 18 décembre 2020, la CGT annonce que 27 salariés ont décidé d'attaquer l'entreprise aux Prud'hommes pour dénoncer une "duperie". En effet les licenciements économiques ont été annoncés en 2019 par la direction. Celle-ci explique ne pas avoir le choix face à la concurrence accrue sur le marché et le durcissement des réglementation sur les produits en France.

Pourtant selon la CGT, Peters Surgical, leader européen de la fabrication de matériel médical et chirurgical, a atteint 70,7 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2018, pour un bénéfice net de 5,9 millions d'euros. Sans compter les aides de l'État qui lui a versé 1 millions d'euros entre 2016 et 2019, "sans contrepartie sur l'emploi", précise le syndicat.

"La crise sanitaire aurait dû provoquer une prise de conscience du gouvernement. Cette course éhontée à l'accroissement des dividendes, dans un secteur sensible, casse des emplois et fragilise l'approvisionnement de nos hôpitaux qui ont connu des ruptures d'approvisionnements en matériels. Encore faut-il faire passer les vies humaines et sociales avant le profit", poursuit la CGT.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess