Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bobigny : appel à la grève aux urgences de l'hôpital Avicenne

-
Par , France Bleu Paris

Plusieurs syndicats lancent un appel à la grève à partir du vendredi 11 juin, aux urgences de l'hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Ils dénoncent les conditions de travail et le manque de personnels dans cet établissement où les difficultés à recruter persistent.

L'hôpital Avicenne à Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 8 mars 2021.
L'hôpital Avicenne à Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 8 mars 2021. © Radio France - Hajera Mohammad

Trois syndicats (CGT, FO, Solidaireds SUD) ont déposé un préavis de grève, à compter du vendredi 11 juin 2021 et pour une durée illimitée, pour l'ensemble des personnels des urgences de l'hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

"Des noms pour combler un planning"

Les soignants dénoncent le manque constant de moyens humains, "un manque de reconnaissance de la direction et la dégradation de leurs conditions de travail". D'après les syndicats, pour pallier les difficultés de recrutement, la direction puise dans le personnel des urgences "de manière outrageante en le faisant tourner sur les services de cardiologie, chirurgie digestive, endocrinologie et gastrologie". La découverte des plannings du mois de juin a confirmé ce constat, d'après eux.

Une manière de faire qui ne passe plus, encore moins en pleine crise sanitaire qui a épuisé les équipes aussi bien physiquement que mentalement. "Nous ne sommes plus des héros mais juste des noms pour combler un planning sur l'hôpital (...) Aujourd'hui, nous disons stop !", déclarent les soignants dans une lettre ouverte adressée à Martin Hirsch, le directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) dont fait partie Avicenne.

Une journée d'action ce vendredi 

Parmi leurs revendications, les syndicats réclament un "seuil sécuritaire effectif d'infirmiers et d'aide-soignants à 6, avec un seuil fonctionnel à 7, 24h/24h et 7j/7, la présence de médiateurs sociaux et d'un agent de sécurité aux urgences 24h/24h", mais aussi une prime de 100 euros net par mois pour les infirmiers formés au tutorat. 

En plus de l'appel à la grève, l'intersyndicale prévoit une grande journée d'action ce vendredi "afin de sensibiliser les usagers et autres collègues" de l'hôpital.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess