Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

L'office HLM de Bobigny vote finalement l'annulation des loyers, malgré l'avis de la préfecture

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L'Office public de l'habitat de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a voté, mercredi 20 mai, l'annulation des loyers promise par la ville il y a quelques semaines, en raison de la crise liée au coronavirus. Pourtant la préfecture du département demandait le report de ce vote, pour des questions de droit.

Bobigny en Seine-Saint-Denis (photo d'illustration)
Bobigny en Seine-Saint-Denis (photo d'illustration) © Maxppp - Maxppp

Nouvel épisode dans le feuilleton des loyers de l'OPH de Bobigny en Seine-Saint-Denis. L'Office public de l'habitat a finalement voté, mercredi 20 mai 2020, l'annulation des loyers, promise par la mairie en raison de la crise sociale liée au coronavirus.

4.000 locataires concernés

Selon l'Agence France Presse, le conseil d'administration de l'office HLM a voté "l'exonération des loyers du mois d'avril" qui prendra "la forme d'un remboursement des sommes quittancées par les locataires", explique la ville à l'origine de cette initiative. Pourtant, la préfecture de Seine-Saint-Denis avait envoyé un courrier au président de l'Office pour lui demander de reporter le conseil d'administration "pour une raison de forme".

Le 23 avril dernier, la ville de Bobigny annonçait qu'elle s'engageait à annuler l'ensemble des loyers d'avril pour les 4.000 locataires de son OPH pour "privilégier le pouvoir d'achat des familles" touchées par les conséquences économiques dues au confinement. Mais quelques jours plus tard, le président de l'Office, Jonathan Berrebi avait adressé un courrier aux locataires pour leur expliquer que "les équilibres financiers précaires (...) de même que le manque de bases légales", ne permettaient pas l'exonération de ces loyers. Finalement, l'OPH a accepté d'appliquer la mesure de la ville.

Une subvention exceptionnelle de la ville ?

La mairie propose de prendre en charge "sous forme de subvention exceptionnelle de 800.000 euros" une partie des loyers pour compenser les pertes de l'Office. Cette subvention doit encore être votée au prochain conseil municipal qui devrait avoir lieu d'ici fin juin. Dans l'opposition, certains candidats aux élections municipales n'hésitent pas à dénoncer une manœuvre électoraliste alors que le premier adjoint de la ville, Christian Bartholmé (UDI), s'est qualifié pour le second tour, en arrivant en deuxième position derrière Abdel Sadi, le candidat du parti communiste. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu