Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bocage bressuirais : des emplois mais pas toujours des candidats

vendredi 29 septembre 2017 à 7:32 Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou

Les carnets de commande sont remplis pour un certain nombre d'entreprises du Bocage bressuirais, dans les Deux-Sèvres. Conséquence : les besoins en main d'oeuvre augmentent mais ils ne sont pas toujours satisfaits, faute de candidats.

Dans le bocage bressuirais, l'industrie représente 4 emplois salariés sur 10
Dans le bocage bressuirais, l'industrie représente 4 emplois salariés sur 10 © Maxppp -

Deux-Sèvres, France

Chez Pole Emploi, à Bressuire, la hausse des offres est sensible. "A fin août, on voit une augmentation de plus de 30% du nombre d'offres enregistrées depuis le début de l'année", chiffre Stéphanie Charrier, la directrice. Il y a aujourd'hui près de 300 postes à pourvoir, dont plus de la moitié en CDI. Tous les domaines sont concernés mais l'industrie l'est plus que les autres. Ce n'est pas étonnant, dans le Bocage bressuirais, le secteur représente 4 emplois salariés sur 10.

Problème : pas toujours facile de trouver des candidats. "On a un manque criant de compétences et de personnels. Je crois qu'il faut remonter à la période d'avant-crise des années 2006-2007 où on avait ce type de problématique et aujourd'hui cela s'est véritablement accru depuis le début de l'été", note Yoann Rouger, président de l'UIMM, l'Union des industries et des métiers de la métallurgie dans les Deux-Sèvres. Patron du Groupe Rouger, spécialiste dans l'emboutissage à Cerizay, il recherche 10 à 15 personnes, des profils type ajusteur, régleur de commande numérique ou encore technicien de maintenance.

Intérimaires étrangers ou formations en interne

Pour faire face à ses besoins, Heuliez Bus a eu recours à un prestataire étranger. D'après Force Ouvrière, parmi la centaine d'intérimaires embauchés pour répondre aux carnets de commande en ce moment, six sont espagnols. Ils s'agit de trois électriciens et trois peintres. Des métiers en tension et surtout pour Guillaume Guittet, de FO, le problème vient des salaires, pas assez élevés : "Actuellement l'entreprise propose des contrats aux soudeurs à environ 10,50 euros de l'heure. On estime qu'un soudeur qualifié à moins de 11,50-12 euros, il est difficile de l'embaucher". Pour le syndicaliste, c'est toute la grille des salaires qu'il faut revoir. C'est d'ailleurs l'une des revendications de la grève commencée mardi sur le site de Rorthais.

"On a aujourd'hui d'autres sociétés qui commencent à regarder dans cette direction-là", reconnaît Yoann Rouger. Le président de l'UIMM n'est "pas étonné. Bien souvent ce n'est pas un problème de coût si des sociétés font venir de la main d'oeuvre étrangère mais de manque de personnels et de compétences en local", assure-t-il. Lui mise sur la formation en interne.

Autre méthodes pour recruter le job dating. Il y en a un grand organisé le 19 octobre à Bressuire, à Bocapole. Ou plus étonnant, l'affiche placardée sur la façade, vu par exemple chez Celio, le fabricant de meubles de La Chapelle Saint-Laurent.