Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Boiron à Belfort : un dernier jour de travail entre tristesse et colère

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

C'est le cœur serré qu'ils vont partir une dernière fois au travail ce jeudi. Les 18 salariés des laboratoires Boiron s'apprêtent à quitter le site des Hauts de Belfort qui ferme définitivement ses portes, victime d'un vaste plan de restructuration et ...du déremboursement de l'homéopathie.

Les dernières livraisons aux pharmacies se préparent aux laboratoires Boiron avant la fermeture définitive des portes
Les dernières livraisons aux pharmacies se préparent aux laboratoires Boiron avant la fermeture définitive des portes © Radio France - Nicolas Wilhelm

Soudés comme jamais dans la tristesse et la colère. A Belfort, les 18 salariés des laboratoire Boiron vont vivre ce jeudi leur dernier jour de travail. Le site installé sur les Hauts de Belfort s'apprêtent en effet à fermer ses portes définitivement, conséquence d'un plan de restructuration au niveau national. Boiron était installé depuis 40 ans à Belfort. Le site, inauguré à l'époque par Jean-Pierre Chevènement, a compté une cinquantaine de salariés dans les belles années.

La porte va se fermer, c'est une page de notre vie qui se tourne - Marie-Servanne Bory secrétaire du CE

Les cartons ne sont pas encore tout à fait terminés et les bureaux pas encore totalement vidés. Mais les choses vont s'accélérer dans les dernières heures avant une fermeture programmée ce jeudi après-midi. Les salariés, des femmes en majorité, ont prévu de prendre ensemble un dernier repas avant de se dire au revoir.

Les premiers cartons chargés sur les palettes sont prêts à quitter le site belfortain
Les premiers cartons chargés sur les palettes sont prêts à quitter le site belfortain © Radio France - Nicolas Wilhelm

Ici, tout le monde est triste de ce dénouement." C'est dévastateur à tous les niveaux. Les salariés ont une blessure qu'ils vont porter pendant des mois voire des années. Il y a des pleurs, on a chacune nos hauts et nos bas. C'est difficile car on sait que la porte va se fermer et que c'est une page de notre vie qui se tourne", explique Marie-Servanne Bory, la voix tremblante. Secrétaire du CE, elle était là depuis le début de l'aventure.

On quitte notre deuxième famille - Patricia à la logistique

Dans l'atelier logistique, Patricia prépare les dernières livraisons pour les pharmacies. Elle peine à cacher son émotion derrière son masque car elle redoute le moment ou il faudra fermer la porte à clé pour la dernière fois. " Ca va être très difficile. J'appréhende comme beaucoup de mes collègues. Savoir qu'on quitte notre deuxième famille, c'est beaucoup d'émotion et un vrai gâchis", regrette cette salariée présente chez Boiron à Belfort depuis 25 ans. Pour protester contre cette fermeture, elle et ses collègues se sont mobilisés à plusieurs reprises ...en vain.

Du déremboursement de l'homéopathie à la fermeture

La directrice est aux côtés des salariés, triste comme eux. Claire Amoros ne digère pas cette fermeture. Elle rappelle que c'est le déremboursement de l'homéopathie décidé par l'ancienne ministre de la santé Agnès Buzyn. Par effet dominos, cette décision a entraîné la perte du site des Hauts de Belfort. Elle partage sa peine avec l'ensemble de ses salariés. " Nous étions très proches les uns des autres. C'est avec beaucoup de tristesse et d'amertume que nous allons fermer cet établissement. J'en veux énormément au gouvernement et à la ministre de santé qui ont pris cette décision de manière inconsidérée et qui n'ont pas du tout pensé à la thérapeutique elle-même et à tous les avantages de cette thérapeutique", indique la responsable du site.

Une dizaine de départs anticipées à la retraite et quatre mobilités internes

Sur les 18 salariés sur le carreau, la moitié bénéficiera de mesures d'accompagnement pour un départ à la retraite anticipée. Quatre vont partir vers d'autres sites Boiron en mobilité interne. Deux personnes ont choisi de suivre des formations et trois salariés devront retrouver un emploi. Leur directrice a promis de les aider. Ce plan de restructuration va provoquer la fermeture de onze autre établissements Boiron en France pour un total de 646 suppressions de postes. 

" Boiron est dans une logique comptable et ce qui coûte le plus cher c'est la masse salariale" dénonce Véronique Thurnherr, délégué FO à Belfort.

Qui pour remplacer Boiron ?

D'après la directrice de l'établissement qui s'apprête à mettre la clé sous la porte, trois entreprises locales se seraient positionnées pour prendre place dans les locaux vacants de Boiron. Le bâtiment de 800 m2 sera entièrement vidé dés lundi. L'une de ces sociétés devrait y installer son siège mais il ne devrait pas y avoir de production sur place, précise Claire Amoros.

Les laboratoires Boiron était installé sur les Hauts de Belfort depuis 40 ans.
Les laboratoires Boiron était installé sur les Hauts de Belfort depuis 40 ans. © Radio France - Nicolas Wilhelm
Choix de la station

À venir dansDanssecondess