Économie – Social

Les habitants s'opposent à la vente d'un stade par la mairie de Bollène

Par Boris Loumagne, France Bleu Vaucluse dimanche 6 novembre 2016 à 19:03

Le stade ne doit pas disparaître selon les Bollénois mobilisés
Le stade ne doit pas disparaître selon les Bollénois mobilisés © Radio France - Boris Loumagne

Une centaine d'habitants de Bollène ont manifesté leur colère en ce premier week-end de novembre contre la vente du stade de Bollène-Ecluse.

Plusieurs dizaines de manifestants se sont mobilisés dimanche 06 novembre pour sauvegarder le stade de Bollène-Ecluse. L'ancien terrain de foot, cédé par la Compagnie Nationale du Rhône à la mairie il y a plusieurs décennies, a été découpé en deux lots par la municipalité.

Celle-ci espère désormais le vendre pour une valeur de près de 600 000 euros, avec pour projet la construction notamment d'une salle des fêtes. Mais c'était sans compter la mobilisation des parents d'élèves de l'école voisine des Tamaris.

Ils sont également soutenus par les enseignants, comme Clémentine, qui dénoncent une vente qui aura un impact pédagogique fort sur ses élèves :

"On vient sur le stade, on l'utilise. [...] On fait de la course longue, on fait du lancer, on fait tout ce que nous demande les programmes et qu'on ne pourrait pas faire dans une cour [d'école] qui ne serait pas sécurisée pour les élèves".

Et les enfants dans tout cela ? Eux aussi regrettent la disparition annoncée de "leur" stade :

"On va devoir jouer dans les rues et si on tombe, on peut se faire très mal. Ici on a un grand espace. Et en plus l'école est à côté, quand on fait sport c'est sur ce stade et s'ils l'enlèvent ça nous pénalise."

Une salle des fêtes et des commerces doivent remplacer le terrain - Radio France
Une salle des fêtes et des commerces doivent remplacer le terrain © Radio France - Boris Loumagne

Des Bollénois restent mobilisés, une pétition circule et s'il le faut "nous iront jusqu'au tribunal administratif pour faire invalider la vente" s'insurge Marie-José Gonzalès, membre des parents d'élèves de l'école des Tamaris.

Le coup de gueule de Marie-José Gonzalès

Reportage de Boris Loumagne lors de la journée de mobilisation