Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bordeau Chesnel veut améliorer la rémunération des éleveurs et le bien-être des porcs de ses rillettes

-
Par , France Bleu Maine

Le n°1 du marché des rillettes développe une "filière durable". Bordeau Chesnel propose des contrats qui permettent aux éleveurs d'être rémunérés jusqu'à "20% plus que le prix du marché" en l'échange d'efforts pour le bien-être des animaux et l'environnement.

Pierre Hébert, directeur général de Luissier Bordeau Chesnel.
Pierre Hébert, directeur général de Luissier Bordeau Chesnel. © Radio France - Alexandre Chassignon

Il s'agit de répondre à une demande croissante des consommateurs. Bordeau Chesnel développe une "filière porcine durable". Elle sera visible sur les emballages des pots de rillettes à partir du mois d'avril, sous le slogan "partageons nos valeurs".

Le directeur général de l'entreprise, Pierre Hébert, était l'invité de France Bleu Maine ce mardi matin pour détailler le dispositif "qui permet de répondre aux attentes sur le bien-être animal, l'impact environnemental et une plus juste rémunération".

"Nous avons 20% de notre approvisionnement dans ce cadre, ce qui permet de commencer à communiquer, précise-t-il. Aujourd'hui nous comptons 70 éleveurs dans cette démarche lancée en 2016, sur environ 350 éleveurs dans le grand Ouest. Nous visons 90% en 2025".

Les contrats prévoient une rémunération "supérieure de 10 à 20 % au prix du marché, avec un minimum. Par exemple en 2018 quand le prix était bas, nos éleveurs sous contrat touchaient 25% de plus que les autres".

Réécouter : Pierre Hébert invité de France Bleu Maine ce mardi matin

L'autre volet concerne l'évolution des pratiques, notamment pour le bien-être animal. "Par exemple que les porcs puissent disposer de jouets manipulables, de plus d'espace sur paille. L'abattage et le transport des animaux sont aussi encadrés par le cahier des charges, élaboré avec les acteurs de la filière et une association de promotion du bien-être animal".

"La loi Egalim nous a aidés à avoir une meilleure écoute de la part de nos clients de la grande distribution mais c'est inégal et il faut l'améliorer, car cette démarche représente des centaines de milliers d'euros d'investissement. Il est indispensable que nos clients de la grande distribution nous accompagnent pour que ce dispositif monte en puissance".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu