Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bordeaux et Paris sur la même longueur d'onde pour encadrer l'activité d'Airbnb

mercredi 14 février 2018 à 17:36 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

La réglementation pour mieux encadrer les meublés touristiques va entrer en vigueur le 1er mars à Bordeaux. Elle s'inspire de celle déjà appliquée à Paris. Ian Brossat, l'adjoint parisien au logement, était à Bordeaux ce mercredi matin pour rencontrer Alain Juppé et les élus bordelais.

La réglementation pour mieux encadrer la location de meublés touristiques s'appliquera dès le 1er mars à Bordeaux
La réglementation pour mieux encadrer la location de meublés touristiques s'appliquera dès le 1er mars à Bordeaux © Maxppp -

Bordeaux, France

Ian Brossat a fait exprès le déplacement :  l'adjoint au maire de Paris en charge du logement était ce mercredi matin dans le bureau d'Alain Juppé à l'hôtel de ville de Bordeaux, pour parler de la place grandissante des meublés touristiques dans ces deux villes. Paris et Bordeaux marchent main dans la main pour mieux encadrer l'explosion des locations Airbnb.  A Paris, une réglementation spécifique est en vigueur depuis septembre. A Bordeaux, elle va entrer en application le premier mars.  

Les propriétaires qui proposent des locations saisonnières devront obligatoirement s'enregistrer en mairie. Ils ne pourront pas louer leurs biens au delà de 120 nuits par an. Au delà de ce seuil, ils paieront des amendes, et des contrôles seront effectués. Une disposition très technique va également permettre d'éviter les abus. 

On appelle cela le changement d'usage : tout propriétaire qui veut transformer son appartement en meublé touristique à l'année,  , devra offrir à la location traditionnelle un appartement d'une surface équivalente, dans le même quartier. - Stéphan Delaux, l'adjoint au maire de Bordeaux chargé du tourisme

. A Paris, une trentaine d'agents effectuent des contrôles. A Bordeaux, on ne sait pas combien ils seront. Reste que selon l'élu parisien, les mesures prises par Anne Hidalgo et son équipe commencent à porter ses fruits. 

Stephan Delaux, adjoint bordelais au tourisme, et Ian Brossat, adjoint parisien au logement  - Radio France
Stephan Delaux, adjoint bordelais au tourisme, et Ian Brossat, adjoint parisien au logement © Radio France - Pierre-Marie Gros

Le montant des amendes payées par les propriétaires qui louaient leurs bien de manière illégale a été multiplié par trois en un an pour atteindre 1,3 million d'euros. D'autre part, depuis que nous avons resserré les boulons en septembre, le nombre d'annonces sur Airbnb a baissé de 11%. - Ian Brossat, l'adjoint au maire de Paris en charge du logement 

"A Paris, notre politique porte ses fruits"

Il y aurait actuellement entre 8.000 et 10.000 locations proposés sur le site d'Airbnb sur Bordeaux. Pour Stéphan Delaux, il fallait passer par cette réglementation, pour éviter que le coeur de Bordeaux se vident de ses habitants et n'accueillent que des touristes. 

On veut des vrais habitants à St Pierre, à St Michel, dans la rue Ste Catherine et aux alentours, et pas uniquement des valises à roulettes  qui transforment les immeubles résidentiels en hôtels qui ne portent pas leur nom. - Stéphan Delaux 

"Pas une ville-musée, mais une ville qui vit" Stéphan Delaux, adjoint au tourisme à Bordeaux

Reste à présent à l'Etat à faire en sorte que Airbnb respecte la loi, ajoute Ian Brossat 

Les plateformes sont censées ne faire figurer que les annonces des propriétaires qui ont un numéro d'agrément. Or, Airbnb n'applique pas la loi, et proposent des offres même sans numéro d'agrément.  Il faut que le gouvernement prenne les dispositions  qui s'imposent- Ian Brossat

"Airbnb auussi doit respecter la loi" Ian Brossat, l'adjoint au maire de Paris en charge du logement

A leur tour, la ville et la métropole de Lyon ont présenté ce mercredi des mesures inspirées des exemples parisien et bordelais, pour contrer l'explosion des meublés touristiques loués via des plateformes de type Airbnb.